L’Australie a officiellement porté plainte contre la Chine auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les droits de douane imposés par la Chine sur les vins australiens, selon une annonce du gouvernement australien.

La Chine taxe les vins australiens

Cette plainte intervient après plusieurs consultations intenses avec les producteurs de vin australiens, a précisé le gouvernement, qui s’est dit ouvert à une négociation directe avec la Chine pour résoudre ce problème.

Cette mesure est une nouvelle étape dans le conflit commercial entre l’Australie et son principal partenaire commercial, la Chine.

Elle survient également après des avertissements du Premier ministre Scott Morrison sur la volonté de son gouvernement de répondre à tous les pays qui tentent de faire usage de « coercition économique » à son encontre.

Cette plainte intervient après un sommet des sept pays les plus industrialisés, le G7, au Royaume-Uni où l’Australie a plaidé en faveur d’une attitude plus ferme à l’égard des pratiques commerciales de la Chine.

Lire aussi : Front commun du G7 contre la Chine

La Chine a imposé des sanctions économiques sur une série de produits australiens (bœuf, charbon vin, produits agricoles, …) au cours des derniers mois, dont des droits de douane sur les vins (jusqu’à 218 % infligés en novembre), ainsi que des mesures visant le tourisme.

De nombreux observateurs australiens estiment qu’il s’agit de représailles contre le refus des investissements chinois dans des secteurs jugés stratégiques et contre les appels de l’Australie à une enquête sur les origines de l’épidémie de coronavirus, qui a débuté en Chine fin 2019.

En effet, en 2018, l’Australie a exclu Huawei et ZTE de son marché de la 5G pour des raisons de sécurité nationales. Deux ans plus tard, Canberra a demandé, dans la suite des propos tenus par les Etats-Unis, une enquête sur l’origine du Covid-19 en Chine.

L’Australie a déjà porté plainte contre la Chine auprès de l’OMC pour des droits de douane sur ses exportations d’orge.

Début juin, le Premier ministre australien Scott Morrison avait appelé à une réforme des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour mettre fin aux mesures économiques coercitives, une demande visant la Chine, quelques jours avant le sommet du G7.

Les tensions commerciales entre la Chine et l’Australie ne cessent de croître depuis 2018, Scott Morrison a souligné que les accords commerciaux internationaux sont mis à «rude épreuve». «La manière la plus pratique de s’attaquer à la coercition économique est la restauration d’un système contraignant de règlement des différends au sein de l’OMC», selon ce dernier.

«Lorsqu’une attitude coercitive n’a aucune conséquence, cela incite peu à la retenue», a indiqué Scott Morrison lors de son allocution devant le groupe de réflexion Perth USAsia Centre.