Le Parti Communiste Chinois : relations avec les partis politiques en Afrique et dans le monde

par | Juin 21, 2021 | 100 ans PCC, Chine - Afrique, Coin des Idées, Yoro Diallo

A quelques jours de la célébration des 100 ans du Parti Communiste Chinois (1er juillet 2021), au regard de l’histoire et de l’excellence des relations Sino-africaines, il nous parait opportun de jeter un regard ne serait-ce que brièvement sur les relations que le PCC entretient avec des Partis politiques à travers le monde, particulièrement en Afrique.

Logo du centenaire du PCC

Rappelons tout d’abord qu’en République Populaire de Chine, la coopération multipartite et le système de consultation politique sous la direction du Parti Communiste Chinois est l’option que le peuple Chinois a adoptée comme ligne directrice de son système politique dans l’ère moderne. Cette option s’enracine dans le terreau fécond de la civilisation multimillénaire chinoise, des luttes héroïques du peuple chinois pour sa libération et sa souveraineté, de l’expérience politique et la sagesse du Parti Communiste Chinois. Elle répond concrètement aux exigences majeures de la politique socialiste en Chine.

Fermement attaché aux principes liés à cette option, le PCC accorde une grande importance à ses relations avec de nombreux Partis politiques à travers le monde. En 1922, soit un an après sa création, le Parti Communiste Chinois décide de rejoindre le Kominterm (Internationale Communiste), réuni du 21 janvier au 2 février 1922 à Moscou, devenant ainsi une branche du Kominterm.

Dans les années 30 et 40, le PCC établit d’étroites relations amicales avec les Partis communistes d’Asie. Au lendemain de la fondation de la Chine nouvelle, notamment pendant les trois périodes historiques ; la Révolution, la Construction, la Réforme et l’ouverture, le Parti Communiste Chinois pose des actes diplomatiques remarquables constituant des éléments essentiels de sa réussite sur le plan international.

A la fin des années 50, le PCC met en œuvre une politique d’échange et de coopération avec plus de 80 Partis communistes et de travailleurs en Asie, en Afrique, en Amérique Latine et en Europe. En 1959, à l’occasion de la célébration du 10ème anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine, le PCC invite des Partis Communistes et des Partis des travailleurs de 61 pays.

Pendant la période de la révolution culturelle, sous la direction de chairman Mao Zedong, le PCC s’engage activement auprès des forces progressistes à travers le monde, recherchant la compréhension et le soutien de la Communauté Internationale. A l’orée des années 70, les relations diplomatiques du Parti Communiste Chinois portent  essentiellement sur le dialogue politique. Dans ce cadre, le Parti procède à l’envoi de délégations en visite d’amitié à travers le monde ou participer aux congrès de Partis politiques étrangers.

Deng Xiaoping

Lors du XIème Congrès national, le PCC réalise une analyse exhaustive de la situation nationale et internationale avec un esprit pragmatique et d’audace et conduit une série d’importants ajustements et innovations de l’action diplomatique. Deng Xiaoping, noyau de la 2ème génération de leadership du Parti et de la Nation chinoise souligne que « le thème de l’époque n’est plus la guerre et la révolution, mais la Paix et le développement » afin de sauvegarder les intérêts de la nation. Le XIIème Congrès national du PCC tenue en septembre 1982 adopte les quatre principes du droit de relations entre Partis politiques: l’indépendance, l’égalité complète, le respect mutuel, la non-ingérence réciproque dans les affaires intérieures.

Ces principes qui figurent dans la constitution du Parti sont des éléments majeurs du travail diplomatique de la Chine nouvelle. Dans le cadre de la coopération entre Partis politiques, le PCC procède constamment à l’envoi de délégations sur les cinq continents et invite des Partis politiques étrangers à visiter la Chine. La fin des années 80 marque des changements notables sur la scène internationale. Jiang Zemin, noyau de la 3ème génération du leadership du PCC et de la gouvernance chinoise note: « observer calmement, aborder sereinement ».

La bipolarisation de l’arène internationale créée une nouvelle situation qui influe nécessairement sur l’action extérieure du Parti Communiste Chinois. En octobre 1987, le XIIIème Congrès national décide d’étendre les relations à l’endroit de tous les Partis politiques à travers le monde. A la suite du XVIème Congrès national, le PCC avec Hu Jintao, comme Secrétaire Général, porte haut « la bannière de la paix, du développement et de la coopération ». Le concept de « développement scientifique d’échange et de coopération  dans un monde harmonieux avec les Partis politiques et organisations de divers pays et régions » prend forme.

Les relations avec les Partis politiques en Afrique s’inscrivent en droite ligne de la vision du PCC « d’un monde harmonieux pour l’humanité ». Le Parti s’engage résolument auprès des peuples et des Partis politiques africains dans leurs combats pour l’émancipation et le développement. Sous l’impulsion du PCC, la Chine nouvelle apporte activement une contribution majeure en faveur des Mouvements de libération en Afrique.

La disponibilité du PCC et de l’Etat Chinois pour le développement des pays africains prend sa source dans l’engagement initial du Parti réaffirmé par le Premier ministre Zhou-Enlai lors de la mémorable tournée qu’il a effectuée en Afrique en 1964. A Bamako, au Mali, Zhou En Lai déclare que «… la Chine est disposée à aider l’Afrique à réaliser son indépendance économique et son développement ». Il confirmait ainsi l’attachement de la Chine aux résolutions de  la Conférence de Bandung (Conférence des non-alignés Indonésie) de 1955.

Le président Xi Jinping

A partir de 1978, grâce au leadership du Parti Communiste Chinois, la mise en œuvre de la politique de « la Reforme et de l’Ouverture » permet à la Chine et aux pays Africains de se rapprocher davantage dans le cadre de leur coopération multiforme. Le PCC intensifie sa coopération avec les Partis politiques africains sur la base de principes portant sur le respect mutuel, l’égalité, et la non-ingérence. Les échanges entre le PCC et les Partis politiques africains marquent aujourd’hui un élan plus dynamique s’ouvrant à plus de 100 partis politiques sur le continent.

A ce jour, le PCC maintient d’excellentes relations amicales et de coopération multiforme avec plus de 600 Partis et Organisations politiques dans plus de 160 pays et régions dans le monde. Ce sont des Partis au pouvoir, participant au gouvernement, mais aussi des Partis d’opposition. A la lumière de la pensée du Secrétaire Général Xi Jinping, la diplomatie chinoise œuvre à mieux présenter au monde la gouvernance du PCC, « le chemin extraordinaire parcouru par le peuple chinois vers le rêve du renouveau et l’engagement de la Chine au développement pacifique ». La diplomatie de grand pays aux couleurs chinoises est sur le terrain du multilatéralisme.

Grâce à la ligne politique définie par le PCC la coopération Sino-africaine connait une progression constante. D’un partenariat de type nouveau ladite coopération est passée à un partenariat de coopération stratégique global. A cet égard, nous retenons la déclaration de Xi Jinping, je paraphrase: « Le chemin sera long et sinueux et les difficultés réelles. Mais les différences et les dissemblances doivent se transformer en forces d’impulsion permettant d’amener un développement commun. C’est ainsi seulement que dans le jardin mondial des civilisations, cent fleurs pourront rivaliser d’éclat et de splendeur ».

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :