Le chef du Pentagone, Mark Esper, s’est félicité jeudi de venir renforcer les liens entre les Etats-Unis et la Mongolie au cours d’une rare visite d’un haut responsable américain à Oulan-Bator, qui est apparue dirigée contre la Chine.

Mark Esper est le premier ministre américain de la Défense à se rendre en Mongolie depuis 2014. Ce dernier est venu concurrencer la Chine, qui est un important allié de la Mongolie. De plus, le pays revête d’une importance stratégique en raison de sa position entre la Chine et la Russie.

A toutes les étapes de sa tournée (Australie, Japon, Monoglie), le chef du Pentagone a dénoncé les ambitions territoriales de la Chine et ses méthodes pour dominer la région.

La Chine a lancé en 2013 un projet d’infrastructures pour connecter l’Asie, l’Europe et l’Afrique à la Chine, les « Nouvelles routes de la soie ». Washington soupçonne cette « Ceinture et Route » d’être un moyen pour la Chine de déverser ses excédents sur des pays en voie de développement, et de les endetter auprès des banques chinoises pour construire des infrastructures.

« Il faut faire attention aux positions où ils essaient de s’établir dans beaucoup de ces pays », a indiqué le diplomate aux journalistes présents lors de sa tournée. Les Chinois « tentent de (…) déployer leurs tentacules dans le monde » et « nous devons être capables (…) de rivaliser », a ajouté ce dernier.

La Mongolie est aussi un atout pour les Etats-Unis car le pays dispose d’importantes ressources naturelles, dont les terres rares, un ensemble de 17 métaux essentiels aux technologies de pointe, présent dans les smartphones, les écrans plasma, les véhicules électriques et l’armement.

La Chine est le premier producteur de terres rares au monde, ainsi que le premier raffineur. De ce fait, Washington dépend très largement du géant asiatique pour son approvisionnement.

Dans un contexte de guerre commerciale, la Chine a menacé les Etats-Unis de leur couper l’accès aux terres rares qu’elle produit. Washington cherche donc de nouvelles sources d’approvisionnement et surtout de raffinage de ces minéraux.

Mark Esper a suscité la colère de Beijing en assurant que les Etats-Unis souhaitaient déployer rapidement en Asie de nouvelles armes conventionnelles de portée intermédiaire, maintenant que Washington n’était plus lié par le traité de désarmement INF.

« La Chine préfère forcer les pays voisins à se lancer dans des activités qui ne bénéficient qu’à Pékin », a déclaré Mark Esper mercredi à Tokyo, accusant notamment Beijing de voler la propriété intellectuelle des américains et de pêche abusive dans les eaux territoriales d’autres pays.

« Ce comportement déstabilise notre région », a-t-il ajouté, soulignant l’appartenance géographique des Etats-Unis à la région Pacifique.