Le Président chinois Xi Jinping s’est engagé auprès du président américain, Donald Trump, lors de leur rencontre le 1er décembre en Argentine, à réglementer le fentanyl, drogue puissante causant des dizaines de milliers d’overdoses aux Etats-Unis.

Cette drogue a été la cause de la mort du chanteur Prince et des dizaines de milliers d’Américains. Raisons pour lesquelles, le fentanyl est la bête noire de Donald Trump, qui a obtenu une promesse de la Chine de mieux contrôler cette substance 50 fois plus puissante que l’héroïne.

Le fentanyl est une drogue très lucrative, ainsi 1 kilo peut produire 50 kilos d’héroïne, soit un investissement initial de 10.000 dollars (9 100€) en un rendement d’un demi-million. La Chine serait l’un des plus gros producteurs mondiaux de cette drogue de synthèse.

Le président Xi Jinping

Le président chinois a promis de classer tous les types de fentanyl, en tant que substances réglementées, un geste salué par Donald Trump. Avant la rencontre de Buenos Aires, le ministère chinois des Affaires étrangères avait assuré début décembre 2018 que le gouvernement avait pris une série d’engagement.

Parmi les mesures engagées, le gouvernement compte combattre 25 types de fentanyl, échanger des renseignements avec les autres pays et mieux contrôler les envois par courrier, a précisé le ministère. « Si la Chine s’en prend à cette drogue horrible et applique la peine de mort aux distributeurs et aux revendeurs, les résultats seront sensationnels« , s’est félicité Donald Trump.

Les laboratoires chinois, clandestins ou non, commercialisent le produit largement. 400.000 entreprises chinoises produisent des produits chimiques. Mais, il n’y a pas assez de policiers pour surveiller, contrôler, verbaliser et arrêter.

Le gouvernement chinois combat la production clandestine, en s’attaquant à des formules spécifiques du produit. Mais, les laboratoires modifient légèrement leur composition pour mettre sur le marché un nouveau produit avant qu’il soit interdit à son tour par les autorités.

Pour Beijing, la tâche va être colossale. « L’industrie chimique et pharmaceutique chinoise est énorme, il y a tout simplement trop d’entreprises à contrôler et pas assez de policiers« , a souligné Bryce Pardo, spécialiste de la drogue au centre de réflexion américain Rand Corporation.

En 2015, la Chine a détruit 259 laboratoires et arrêté 1.570 suspects, selon Washington. Mais les intérêts du gouvernement central et des autorités locales ne coïncident pas. En effet, le pouvoir central impose des règles mais leurs applications restent à la discrétion des responsables provinciaux « qui ont tout intérêt à exporter le plus possible », a dénoncé Bryce Pardo.

De son côté, Mike Vigil, ancien responsable des affaires internationales auprès de l’agence anti-drogue américaine (DEA), a assuré que le gouvernement chinois ne pourra pas contrôler l’industrie du fentanyl en raison de « l’énorme demande en provenance des Etats-Unis ».

« Le gouvernement américain doit à l’évidence en faire davantage pour réduire la demande« , a estimé le porte-parole du ministère, Geng Shuang, assurant que Washington n’avait jamais soumis de preuves démontrant que la Chine serait l’une des principales sources du trafic.