Zhengzhou fait face à des inondations dévastatrices depuis trois jours, qui ont fait 33 morts et huit disparus, tandis que 376.000 personnes ont été évacuées.

Zhengzhou a subi des inondations et pluies torrentielles représentant l’équivalent d’un an de précipitations.

En effet, de 8h00 samedi à 8h00 mercredi, la moyenne des précipitations à Zhengzhou était de 458,2 mm, avec des précipitations accumulées dans certaines régions dépassant même la moyenne du total des précipitations annuelles de la ville, selon l’Administration météorologique de Chine.

Le changement climatique est mit à l’index pour expliquer ces pires intempéries survenues à Zhengzhou depuis le début des relevés météorologiques il y a 60 ans. Certains responsables chinois évoquent les pires inondations du « millénaire ».

De son côté, le quotidien conservateur, GlobalTimes, a écrit que ces «catastrophes montrent que les événements climatiques extrêmes et leur intensité vont croissants».

Pour l’éditorialiste, «il ne suffit plus de dire vaguement une fois par millénaire ou une fois par siècle. (…) Nous devons nous tenir prêts à affronter des intempéries catastrophiques plus souvent».

Située à environ 700 km au sud de Beijing, Zhengzhou reste envahie par les eaux dans certains quartiers. La télévision publique CCTV a montré des  secouristes en train de déblayer une voie ferrée couverte de boue et de gravats. Des agents d’entretien et pompiers tentent de déblayer les dégâts.

Face à l’ampleur de la catastrophe, le président Xi Jinping a appelé à la mobilisation après ces inondations « extrêmement graves ».

Lire aussi : Prévention et contrôle des inondations : Xi Jinping mise sur la sécurité

La Chine est toujours sous le choc des images d’une rame de métro de la ligne 5, envahie par une crue soudaine. Les images montrent des passagers qui gardent la tête hors de l’eau debout sur des sièges, alors que l’air se raréfie. D’autres personnes sont vues avec de l’eau jusqu’aux aisselles.

Près de 500 passagers se sont retrouvés pris au piège entre deux stations, a précisé jeudi l’opérateur du métro, qui a déploré la mort de 12 passagers.

De nombreuses personnes se sont posé des questions sur le manque d’anticipation des autorités face à la catastrophe. Face à la polémique, le ministère des Transports a appelé les opérateurs de métro à « améliorer leurs plans d’urgence » en cas d’intempéries.

En parallèle, le gouvernement a débloqué une aide d’urgence de 100 millions de yuans (13 millions d’euros) en faveur de la province Henan, dont Zhengzhou est la capitale.

La météorologie nationale annonce encore des pluies avant une accalmie d’ici le 23 juillet. Mais dans le nord de la Chine, jusque dans le Hebei, la province entourant Beijing, certains secteurs ont été placés à leur tour en alerte rouge.

La Chine a élevé la réponse d’urgence aux inondations au niveau II, le deuxième niveau le plus élevé du système de réponse, alors que des pluies diluviennes ont continué à ravager la province centrale du Henan.

Selon le ministère de la Gestion des urgences, des pluies extrêmement fortes ont frappé le Henan, et les précipitations à Zhengzhou ont dépassé le niveau le plus élevé dans les records météorologiques locaux.

«Les fortes pluies ont également provoqué une augmentation rapide du niveau d’eau dans un réservoir», a précisé le ministère, ajoutant que tous les résidents locaux en aval ont été relogés en avance.