La France et la Chine ont convenu d’élargir la coopération sur un vaste éventail de dossiers économiques et financiers lors du 5ème dialogue franco-chinois économique et financier de haut niveau.

Bruno Le Maire, ministre français de l’économie et le vice-Premier ministre chinois Ma Kai ont co-présidé le 5e dialogue économique et financier entre la France et la Chine (DEFHN) traitant des thèmes de gouvernance économique mondiale ; des partenariats entre les entreprises françaises et chinoises et l’accès au marché ; de la coopération sur la régulation financière ; et des enjeux stratégiques sur la croissance, l’emploi et les inégalités.

La rencontre a permis d’évoquer les nombreux partenariats qui existent déjà entre les entreprises françaises et chinoises et les opportunités nouvelles pour l’avenir, précise le communiqué du ministère de l’économie.

Les deux pays ont donc convenu d’élargir la coopération en faisant « progresser la coopération en matière de politique macroéconomique et de gouvernance économique mondiale, et renforceront la coopération dans le commerce, les investissements et la finance« , selon la fiche descriptive conjointe publiée par le ministère chinois des finances.

Deux sujets majeurs ont été retenu de cette nouvelle ère de coopération entre le gouvernement de Emmanuel Macron et de Xi Jinping : le financement climatique et les investissements dans les infrastructures.

La communication et la coopération seront renforcées en matière de contrôles sur les exportations afin de soutenir le commerce de hautes technologies, selon le document. Cela alors que le ministre français pointé du doigt la nécessité d’une « réciprocité » entre les deux pays. Ce dernier tient à ce que les entreprises françaises puissent intégrer le marché chinois, avec autant de facilité que les sociétés chinoises en France.

Les deux pays ont aussi convenu de renforcer la coopération dans le cadre de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII), et de faire de la BAII, une banque de développement multilatérale du 21e siècle.

La France conditionne les investissements chinois