Le gouvernement a envoyé une équipe d’inspection de contrôle de l’éthique professionnelle et du style de travail des enseignants dans tout le pays. Cette inspection intervient après la découverte de cas de maltraitance d’enfants dans une école maternelle privée, RYB Education New World Kindergarten, à Beijing.

Le but est de prévenir toute violence à l’égard des enfants dans les écoles maternelles. Les autorités souhaitent sanctionner et corriger immédiatement tout problème découvert au cours des inspections.

Des aiguilles pour discipliner les enfants

Selon la police, l’enquête a montré qu’une maîtresse, Liu, âgée de 22 ans, aurait utilisé des aiguilles pour « discipliner » les enfants récalcitrants à la sieste. Cette enseignante a déclenché un tollé dans tout le pays.

D’ailleurs, les autorités ont lancé une enquête suite à des plaintes de parents affirmant que de jeunes enfants avaient été victimes de piqûres d’aiguilles et forcés d’avaler des médicaments.

La maîtresse « a été arrêtée aussitôt après le début des soupçons de maltraitance« , a indiqué la police du district pékinois de Chaoyang sur un réseau social. « Après le visionnage de 113 heures de vidéo de surveillance, nous n’avons trouvé aucune preuve d’autres violences à l’égard des enfants« , a annoncé la police.

En effet, l’agence de presse Xinhua avait auparavant fait part de soupçons d’agressions sexuelles. Cependant, la police a indiqué que des examens médicaux menés sur une fillette à la demande de ses parents n’ont montré « aucune anomalie« . Le communiqué de la police ne précise pas si une enquête a été lancé quant à l’absorption de médicaments.

Plusieurs personnes impliquées dans l’affaire

D’après le magazine Caixin, huit enfants scolarisés dans les deux classes concernées par l’enquête pour maltraitance, ont entre 2 et 6 ans. Ces derniers portent des marques de piqûres. Interrogé par la télévision locale, un parent a expliqué que avoir posé des questions à son enfant « après avoir entendu les déclarations d’autres parents. Il m’a dit qu’ils avaient pris deux comprimés blancs après le déjeuner et qu’après ça, ils avaient dormi ».

En plus de l’inspection nationale, qui vient d’être lancée, la Commission d’inspection du district de Chaoyang a approuvé une enquête sur Xiao Wen, chef de la commission de l’éducation du district, sur son adjoint Fu Lin, et sur le superviseur des écoles privées Han Bin. Il est leur ai reproché leur incapacité à surveiller les organisations éducatives privées, selon qianlong.com, un portail d’information affilié au comité du PCC de la municipalité.

L’établissement baptisé RYB Education New World appartient à une entreprise gérant directement ou sous franchise près de 250 établissements dans toute la Chine. La société a été introduite en Bourse en septembre 2017 à Wall Street. En effet, la société RYB Education est enregistrée aux Etats-Unis.

Cette dernière a publié puis retiré des excuses publiques le 29 novembre après l’arrestation de la maîtresse, Mme Liu. « Nous sommes tristes et honteux« , avait indiqué le groupe RYB Education en chinois sur Weibo.

RYB Education New World sur la sellette

D’autres maternelles de RYB sont visées par une enquête, selon le message d’excuses de RYB qui a été rapidement supprimé. Hao Junbo, avocat de la firme Hao Law basé à Beijing, a expliqué au Global Times que le partenaire américain de son cabinet d’avocats, Pomerantz LLP, avait intenté une action en justice contre RYB Education devant le tribunal du district sud de New York.

« Nous représentons les actionnaires qui ont acheté des titres de RYB, qui ont subi des pertes de plus de 100 000 dollars, et nous avons jusqu’ici deux actionnaires de Beijing en tant que plaignants« , a souligné Hao Junbo, dont le cabinet cherche davantage d’actionnaires pour lancer un recours collectif.

En effet, en 2016, RYB Education a été le plus grand prestataire de services éducatifs de la petite enfance en Chine en termes de chiffre d’affaires, selon Frost & Sullivan, cabinet de conseil en analyse industrielle.

Les actions de la société ont chuté de 38% à la clôture de la bourse de New York, effaçant presque les 44% de gains de la société depuis son introduction en bourse en septembre.  Le procès, accepté à New York, sera probablement réglé à l’amiable sur la base de la jurisprudence, d’après Hao Junbo.

Des cas de maltraitance successifs

Ces informations surviennent une semaine après une autre affaire de mauvais traitements impliquant une crèche du géant chinois des voyages en ligne, Ctrip.

Le 13 novembre, la police de Shanghai a arrêté une personne nommée Zheng qui était responsable d’une garderie où le personnel a été vu en train de maltraiter des enfants. Trois autres membres du personnel ont été arrêtés, selon la police de Shanghai.

Les employés de la crèche, installée au siège du groupe à Shanghai, ont été placés en détention après la diffusion d’images de caméra de surveillance montrant des enfants molestés ou étant forcés d’avaler ce qui serait du wasabi (moutarde japonaise très forte), selon des parents.

A peu près au même moment, le Golden Cradle Education and Technology Group, qui compte plus de 700 maternelles et écoles à l’échelle nationale, a été impliqué dans un cas similaire, des parents accusant des enseignants d’une école maternelle de Beijing de maltraiter des enfants.