Didi Chuxing, application de réservation de taxis, a levé 7,3 milliards de dollars (6,35 milliards d’euros), dans le but de contrer son principal concurrent, Uber. Dans un communiqué la firme a indiqué détenir près de 90% du marché chinois, avec près de 300 millions d’utilisateurs enregistrés et plus de 14 millions de trajets quotidiens.

Les fonds levés « seront utilisés pour des mises à niveau technologiques, des recherches en big data et des investissements dans l’amélioration de l’expérience passager-conducteur, ainsi que pour l’exploration de nouvelles orientations et opportunités d’activités« , précise le communiqué.

Didi Kuaidi est né en février 2015 par la fusion de 2 applications d’appel de taxis, Didi Dache, soutenu par Tencent, et Kuaidi Dache, soutenu par Alibaba. Cette fusion a permit à Didi Kuaidi de détenir le monopole national de la commande de taxi par smartphone.

Jean Liu prsdte did

Liu Qing à la Une de Forbes Asia

D’ailleurs, son principal concurrent, Uber, tente également de contrer son rival chinois, sur son propre marché. Mais, pas soucis pour Didi Kuaidi. En septembre 2015, Liu Qing, présidente de Didi Kuaidi, avait invité Travis Kalanick, fondateur d’Uber, à être prudent, car « personne ne connaît mieux les chinois que nous, et notre connaissance du terrain est impossible à répliquer ».

Dans une interview au Wall Street Journal, elle avait également critiqué le modèle économique d’Uber, réputée pour affaiblir l’industrie des taxis. « Nous ne croyons pas vraiment dans ce genre de rupture. Quand cela concerne des millions d’emplois, nous croyons dans la réforme par l’intérieur. Nous essayons de travailler avec tout le monde« , a revendiqué Jean Liu.

La concurrence entre les deux géants est à la fois sur le terrain, dans les médias et sur le plan financier. En effet, par cette levée de fonds, Didi est aujourd’hui l’une des entreprises mondiales de l’Internet les mieux dotées en fonds propres, évalués à environ 10,5 milliards de dollars (9,13 milliards d’euros). Son renflouement a fait bondir l’action, à tel point que l’agence Bloomberg News évalue maintenant la valeur de Didi à près de 28 milliards de dollars (24,36 milliards d’euros).

Parmi les 7,3 milliards levés, 4,5 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros) d’investissements issus de soutiens venant, par exemple d’Apple, qui a injecté 1 milliard de dollars en mai, ou de China Life, le plus gros assureur chinois.

L’apport d’Apple est le « plus important investissement individuel » reçu par Didi, faisant d’Apple l’un de ses investisseurs « stratégiques » les plus importants. Le but de Tim Cook, directeur de la firme, est de relancer son chiffre d’affaire en Chine, qui ralentit en raison des pressions de la part des autorités de régulation.

Ce dernier avait indiqué à Liu Qing, lors d’une rencontre, que réaliser « cet investissement pour un certain nombre de raisons stratégiques, y compris la possibilité d’en apprendre plus sur certains segments du marché chinois. Bien sûr, nous pensons qu’il sera aussi rentable à terme ».  

Les géants de l’internet Alibaba et Tencent ont également investi dans l’entreprise, et la China Merchants Bank lui a octroyé un prêt de 2,5 milliards de dollars (2,1 milliards d’euros). Sans oublier le soutien financier du moteur de recherche, Baidu, et de Citic Securities, entreprise gouvernementales.

global-ridership-partnership« Nous sommes grandement inspirés par le fort soutien venu des investisseurs du monde entier« , a déclaré le directeur des opération de Didi, Cheng Wei. Pour concurrencer Uber sur de nombreux tableaux, Didi Kuaidi et Alibaba ont investi l’an dernier dans l’un de ses concurrents, Lyft.

L’entreprise californienne, basée comme Uber à San Francisco, a annoncé un partenariat stratégique avec Didi Kuaidi, afin de proposer un mode de transport « facile et sûr » aux américains en voyage en Chine, et inversement.

Fort de ces apports financiers et de ses perspectives, des rumeurs courent selon lesquelles Didi Kuaidi « vise » une entrée en bourse l’an prochain à New York, selon Bloomberg News. Cependant, les informations ont été rapidement démenties par Didi. « Nous n’avons pas un tel projet, ni un tel calendrier« , a fait savoir l’entreprise.