Selon le dernier rapport de Zhaopin.com, les cadres, travaillant à Beijing, sont satisfaits de leur travail et de leur vie, que ceux des autres grandes villes, comme Shanghai, Shenzhen et Guangzhou.

En dépit, des possibilités de promotion limitées, d’une concurrence intense et d’un climat pollué, 2,45 cadres sur 5 estiment être satisfait de leur emploi. Le site de ressources humaines, Zhaopin a interrogé 2 247 cadre de Beijing et conclut que la satisfaction au travail dans la capitale est supérieure à la moyenne nationale.

A contrario, seuls 2,16 employés de Guangzhou sur 5 sont satisfait, il s’agit là du score le plus bas sur les quatre villes citées.

Le taux de satisfaction moyen vis-à-vis des promotions à Beijing est de 1,98, un chiffre considéré comme le plus faible dans les cinq catégories étudiées : salaires, bien-être, possibilités de formation et d’apprentissage, relations interpersonnelles.

Selon le rapport, 3,05 employés de Beijing sur 5 sont surtout satisfaits de leurs relations interpersonnelles, mais ils savent qu’ils n’ont aucune opportunité de promotion en 2016.

Selon Zhaopin, cité par le Centre d’Information Internet de la Chine (CIIC), plus de 37% pensent que le système de gestion de leur entreprise est le facteur le plus important pour la promotion, tandis que 11,6% pensent que leurs propres efforts importaient davantage.

Le manque d’opportunités de promotion est « un facteur important » incitant de nombreux cadres à quitter leur emploi. « Les statistiques montrent que beaucoup de cols blancs ont tendance à changer d’emploi s’ils n’ont guère de chances d’être promus ou de voir leur salaire augmenter après avoir travaillé pendant un à deux ans« , indique le rapport.

Interrogé par le CIIC, Dou Xue a expliqué avoir quitté son emploi dans une compagnie d’assurance pour travailler dans un cabinet d’avocat, car même si « j’avais de très bonnes relations avec mes collègues de la compagnie d’assurance, (…) je n’ai pas obtenu de promotion et je n’ai même pas vu la moindre opportunité pour cela après avoir travaillé dur pendant trois ans ».

La jeune femme de 29 ans, a indiqué avoir choisi un cabinet d’avocats, même si le salaire et le poste ne sont pas différents de son précédent travail, mais elle souhaitait surtout  » changer d’environnement de travail ».

Le rapport indique que les cadres ont été en 2016 les plus satisfaits de leur vie, avec un score de 2,47, supérieur de 0,13 à la moyenne nationale.

Cependant, ils sont insatisfaits de leur vie sexuelle, avec un score de 1,89 seulement, un chiffre bien moins supérieur que celui concernant les vacances et la santé mentale et physique.

Alors que plus de 37% des employés qui ont été interrogés étaient célibataires, la moitié ont déclaré n’avoir des rapports sexuels que moins d’une fois par mois, a souligné le rapport.

D’ailleurs, en août 2016, des dizaines d’épouses ont manifesté dans les rues de Shanghai pour que leurs maris rentrent à la maison le soir. S’adressant à leurs propres maris, elles leur ont demandé à ce qu’ils passent plus de temps en famille et arrêtent les heures supplémentaires.

Manifestations d’épouses pour le retour de leurs maris