Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue le 20 octobre à Taipei pour réclamer un référendum sur l’indépendance de Taïwan, lors d’une manifestation d’une ampleur inédite défiant Beijing.

Le porte-parole de la partie continentale de la Chine a mis en garde les autorités taïwanaises contre la tenue d’un «soi-disant référendum sur un nom propre» qu’il utiliserait aux Jeux olympiques, estimant qu’il ne ferait que nuire aux intérêts des habitants de l’île.

Ma Xiaoguang, porte-parole du Bureau des affaires de Taïwan du Conseil des Affaires d’Etat, a souligné que le «modèle olympique était le principe qui avait été observé par les organisations sportives internationales ainsi que les sportifs de la partie continentale et de Taïwan».

Selon les règles du Comité international olympique (CIO), l’île participe aux Jeux olympiques sous le nom de «Taipei chinois». «Cependant, certaines forces politiques sur l’île sont à la recherche d’un soi-disant référendum pour que l’île rejoigne les Jeux olympiques de Tokyo 2020 sous un nom propre, ce qui est fondamentalement un déni du principe d’une seule Chine», a indiqué ce dernier.

Des milliers de taïwanais dans la rue

Ma Xiaoguang a dénoncé la position du gouvernement, assurant qu’un «très petit nombre d’éléments séparatistes prônant l’indépendance de Taïwan sur l’île, avec la complicité de l’administration du Parti démocrate progressiste (PDD), ont ignoré les avertissements sévères émis par le CIO et le Comité olympique de l’Asie de l’Est, et ont persisté à rechercher le référendum».

Pour le porte-parole du gouvernement, «cette action ne fera que nuire aux intérêts des résidents de Taiwan, en particulier des athlètes de Taïwan», ajoutant que «Taïwan n’a jamais été et ne sera jamais un pays».