Beijing interdit la création de nouvelle coentreprise impliquant Pyongyang

par | Août 27, 2017 | Asie/Pacifique, MONDE

Le gouvernement a annoncé l’interdiction aux firmes et ressortissants nord-coréens d’établir de nouvelles entreprises en Chine.
Cette annonce entre dans le cadre des récentes sanctions internationales adoptées par l’ONU contre la Corée du nord, dirigée par Kim Jong-Un.

Ce nouveau durcissement intervient après le tir de trois missiles à courte portée par Pyongyang en mer du Japon, et au moment où se déroulent d’importantes manœuvres des armées américaines et sud-coréennes dans la péninsule.

La semaine dernière, Beijing avait annoncé la suspension de ses importations de fer, plomb et produits de la mer en provenance de Corée du Nord, après l’arrêt mi-février de ses achats de charbon.

Désormais, il sera interdit aux investisseurs ou entrepreneurs nord-coréens d’établir en Chine toute nouvelle société, qu’il s’agisse d’une coentreprise avec un partenaire chinois ou d’une firme à capitaux étrangers, précise la directive du ministère du commerce.

Le texte, dont l’application est immédiate, interdit également toute expansion des coentreprises existantes. De plus, les demandes d’autorisations pour toutes nouvelles demande d’investissements chinois en Corée du nord seront rejetées, ajoute le ministère.

Les entreprises établies par Pyongyang à l’étranger représentent une manne financière importante pour les autorités nord-coréennes. Ces différentes mesures chinoises s’inscrivent dans le cadre des nouvelles sanctions économiques internationales contre Pyongyang, adoptées début août par le Conseil de sécurité des Nations Unies et soutenues par le gouvernement chinois.

Ces sanctions devraient priver le pays d’un milliard de dollars (plus de 890 millions d’euros) de recettes annuelles et freiner le financement de son programme nucléaire et balistique. Or, la Chine reste un allié de Pyongyang, en étant destinataire l’an dernier de plus de 90% des exportations nord-coréennes, à cela s’ajoute un soutien financier vital pour la Corée du nord.

Face à la pression internationale, les autorités chinoises ont réduit leurs importations en provenance de Corée du Nord, qui ont ainsi chuté de 16% sur un an entre janvier et juillet 2017, selon les douanes chinoises.

Beijing accentue la pression sur Pyongyang

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :