Les autorités chinoises ont annoncé la suspension d’une partie de ses importations en provenance de la Corée du nord, en application des sanctions décidées à l’Organisation des Nations unies (ONU).

« Toutes les importations de charbon, fer, minerai de fer, plomb, minerai de plomb, et d’animaux aquatiques et produits de la mer seront interdites », a indiqué le ministère chinois du commerce dans un communiqué.

Les présidents américain, Donald Trump, et chinois, Xi Jinping, ont salué samedi 12 août la résolution du Conseil de sécurité, adoptée le 5 août, imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord. Pour la communauté internationale, il s’agit là d’« un pas important et nécessaire vers l’établissement de la paix et la sécurité dans la péninsule coréenne ».

Ces sanctions devraient priver Pyongyang d’un milliard de dollars de recettes annuelles, mais elles pourraient avoir un « effet limité ». En effet, en juin, Beijing a importé pour 46,7 millions de dollars (41,6 milliards d’euros) de poissons et crustacés de Corée du Nord. De plus, les achats chinois de minerai de fer nord-coréen s’élevaient en mai à 13,4 millions de dollars (12 milliards d’euros), pour 233 500 tonnes, selon les douanes.

Cependant cette nouvelle annonce du gouvernement chinois s’ajoute à la fin des importations de charbon nord-coréen, mise en place en février. Pyongyang a été privé d’une source de revenu essentielle, car en 2016, la Chine avait importé 22,5 millions de tonnes de charbon de son voisin, pour 1,19 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros).

Globalement, le montant total des importations chinoises en provenance de Corée du Nord a reculé de 13,2 % sur un an sur l’ensemble du premier semestre 2017, selon les douanes chinoises. Pour autant, les exportations de la Chine vers le régime de Kim Jong-un ont considérablement augmenté de 29 % sur la même période.