mercredi, juin 19

Beijing maintient ses positions concernant Pyongyang

Lu Kang, porte-parole du ministère des affaires étrangères, a indiqué lors d’une conférence de presse que les autorités continueront à renvoyer en Corée du nord les transfuges nord-coréens. Ce dernier a également rappelé l’appel au calme de la Chine sur le dossier nucléaire nord-coréen.

Pas de statut de réfugiés en Chine

Beijing ne reconnaît pas le statut de réfugiés, a indiqué Lu Kang, en réaction aux déclarations de l’émissaire spécial de l’ONU sur les droits de l’homme en Corée du Nord, Tomas Ojea Quintana.

Le diplomate a exhorté le gouvernement chinois à cesser de renvoyer dans leur pays les Nord-Coréens arrêtés en fuyant via la Chine, mettant en avant les risques de tortures ou d’exécutions à leur retour dans leur pays. Or, Lu Kang a rapidement tranché le problème en assurant que « les personnes qui pénètrent illégalement en Chine ne sont pas des réfugiés ».

« Conformément aux règles du droit international et des besoins humanitaires, nous traiterons les personnes qui pénètrent illégalement en Chine selon la loi », a-t-il poursuivi.

Toutefois, lors d’une conférence de presse à Séoul, Tomas Ojea Quintana.s’est dit « alarmé par une hausse des arrestations et des rapatriements forcés de Nord-Coréens » arrêtés en Chine.

En juin, l’ONG Human Rights Watch avait affirmé qu’au moins 51 nord-coréens avaient été arrêtés en Chine depuis juillet 2016. L’organisation indiquait que 13 au moins avaient été renvoyés de force en Corée du Nord, tandis que les autres demeuraient en Chine.

Lu Kang appelle les parties concernées à décider

Les présidents chinois Xi Jinping et russe, Vladimir Poutine.

Sur le dossier nord-coréen, Lu Kang a appelé les parties impliquées dans la Péninsule coréenne à prendre au plus tôt des décisions politiques et à éviter l’escalade des tensions.

« Il est nécessaire pour toutes les parties, en particulier les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée (RPDC), de prendre des décisions politiques au plus tôt, d’apaiser les tensions sur la péninsule et de parvenir à une solution politique« , a déclaré le porte-parole.

Ce dernier a réagit lors d’une conférence de presse aux déclarations de Joe Dunford, président du Comité américain des chefs d’état-major, assurant que l’armée américaine « est capable de se défendre contre une attaque limitée lancée par la RPDC à l’encontre de Séoul, du Japon et des Etats-Unis« .

« La Chine tient à ce que les moyens militaires ne soient pas une option pour régler le dossier de la Péninsule coréenne. La violence ne peut pas résoudre les conflits et ne conduit qu’à de plus gros désastres insupportables pour toutes les parties« , a souligné Lu Kang.

Les présidents chinois et russe, Xi Jinping et Vladimir Poutine ont prôné le « dialogue et la négociation » dans le dossier nord-coréen juste avant l’annonce de Pyongyang d’un nouvel essai réussi de missile balistique intercontinental.

En dépit du peu de détails fourni côté russe, l’agence de presse Xinhua a indiqué que les deux hommes avaient « convenu de tout faire, en commun, pour trouver une solution pour la péninsule coréenne via le dialogue et la négociation ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *