L’e-commerce, cheval de bataille entre la Chine et la Russie

par | Juil 24, 2017 | Asie/Pacifique, MONDE

La Chine est le premier partenaire commercial de la Russie depuis 2011, et la Russie est une importante source d’énergie et de haute technologie pour la Chine.

Le commerce bilatéral a augmenté de 33,7 % entre janvier et mai 2017 pour s’établir à 223 milliards de yuans (32,8 milliards de dollars), a déclaré l’Administration générale des douanes de Chine.

Or désormais « le commerce bilatéral devrait s’éloigner des domaines traditionnels comme l’énergie pour passer aux produits de consommation », selon Li Xin, directeur du Centre d’étude sur la Russie et l’Asie centrale de l’Institut d’études internationales de Shanghai.

Interrogé par l’agence de presse, Xinhua, l’expert a expliqué que « les entreprises d’e-commerce entre les deux pays sont les plus prometteuses et devraient croître« . D’ailleurs, en Russie le commerce sur Internet a progressé de 26 %, à 405 milliards de roubles, au 1er semestre, selon l’Association des sociétés de vente en ligne.

Parallèlement, le commerce transfrontalier continue sa progression, de + 37% sur six mois, et + 45% prévus sur toute l’année. Aussi la part de marché du commerce transfrontalier devrait représenter 35% en 2016, contre 29% en 2015.

Une des raisons majeures est l’importance du commerce avec la Chine. Le commerce transfrontalier a progressé de 102% de janvier à juin, la Chine est omniprésente. Cela s’explique par le montant du produit moyen acheté en Chine de 22 euros en moyenne.

Autre exemple, la plate-forme B2C, AliExpress, du géant chinois du commerce électronique Alibaba, est présente en Russie depuis 2012. Cette filiale est devenue l’une des plus grandes plates-formes d’e-commerce dans le pays, avec environ 22,2 millions d’utilisateurs en 2016, d’après le journal China Trade Daily.

D’ailleurs, une étude menée par l’Association des sociétés de vente en ligne a souligné qu’environ 90% des produits achetés par les russes à l’étranger provenaient de Chine.

Si cette tendance continue, les détaillants chinois pourraient définitivement supplanter les entreprises nationales au cours des prochaines années. Selon Alexeï Fiodorov, président de l’association russe, « la croissance du segment transfrontalier du commerce en ligne est liée aux prix bon marché des marchandises étrangères, dû au non-paiement d’impôts et de taxes. Aujourd’hui, toutes les livraisons arrivent dans notre pays en duty-free, tandis que les détaillants russes doivent s’acquitter des impôts et taxes« .

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :