L’Union européenne et la Chine vont soutenir l’accord de Paris sur le climat, lors d’un sommet en fin de semaine à Bruxelles, quelle que soit la décision du président américain Donald Trump, a affirmé mercredi un haut responsable européen.

« Nous allons publier une déclaration commune sur le changement climatique, dans laquelle l’UE et la Chine, en tant que principaux émetteurs de CO², vont affirmer qu’ils mettront en œuvre l’accord« , a précisé ce responsable, ayant requis l’anonymat.

La Chine avait été l’un des principaux promoteurs de l’accord sur le climat, et compte maintenir le cap. Le 2 juin à Bruxelles, la Chine sera aux côtés de l’UE pour une déclaration commune face aux indécisions américaines afin de « confirmer leurs engagements envers l’accord historique » de Paris et « accélérer leur coopération pour améliorer sa mise en oeuvre« , selon un projet de déclaration que l’AFP a pu voir.

L’Union et la Chine « sont déterminées à avancer sur des politiques et mesures » nécessaires pour l’application « concrète » des engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris, souligne ce document.

Cette déclaration commune intervient alors que le président américain Donald Trump aurait décidé ce mercredi 31 mai de se retirer de l’accord de Paris, mais dans un tweet mercredi ce dernier s’est contenté de promettre une annonce « dans les prochains jours« .

Le retrait des Etats-Unis, l’un des principaux pollueurs dans le monde, porterait atteinte aux avancées engagées par l’Accord de Paris en décembre 2015, lors de la COP21.

Cette décision, qui reste au stade de rumeur pour le moment, suscite des inquiétudes : « nous le sentons déjà. Il y a de fortes attentes de nos partenaires dans le monde, en Afrique, en Asie, en Chine, pour que l’Europe assure le leadership dans cet effort« , a indiqué à la presse, le vice-président de la Commission européenne chargé de l’Energie, Maros Sefcovic.

Pour les deux parties en présence, la  réduction des émissions des gaz responsables du changement climatique est « irréversible« . D’ailleurs, selon une source européenne citée par l’AFP, Bruxelles serait en train de travailler avec Beijing sur le dossier de la COP22 en novembre à Marrakech, au Maroc.