lundi, mai 20

Chine et Etats-Unis doivent être «des partenaires, pas des rivaux»

Le président chinois Xi Jinping s’est entretenu avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken lors de leur rencontre au Grand Palais du Peuple à Pékin, le 26 avril 2024, afin d’échanger sur l’évolution de leur relation.

Xi Jinping a déclaré le 26 avril au secrétaire d’Etat américain Antony Blinken que la Chine et les Etats-Unis devaient « être des partenaires, pas des rivaux » même si « de nombreux problèmes » restaient encore à résoudre.

Antony Blinken effectue depuis le 24 avril sa deuxième visite en Chine en moins d’un an. Il a évoqué durant ses rencontres officielles plusieurs sujets qur lesquels la Chine et les Etats-Unis ont des divergences : la Russie, Taïwan et le commerce.

En accueillant le chef de la diplomatie américaine au Palais du Peuple à Pékin, le président chinois Xi Jinping a déclaré que la Chine et les Etats-Unis avaient « réalisé des progrès » depuis sa rencontre avec son homologue Joe Biden en novembre, selon la télévision publique CCTV.

« La Chine et les Etats-Unis doivent être des partenaires plutôt que de rivaux, s’entraider pour réussir plutôt que de se nuire, rechercher un terrain d’entente au-delà des divergences, éviter de s’engager dans la concurrence vicieuse, et honorer les paroles par des actions plutôt que de dire une chose et de faire le contraire », a indiqué Xi Jinping. Même si « de nombreux problèmes doivent encore être résolus et des efforts supplémentaires sont encore possibles ».

« Nous espérons que les Etats-Unis pourront aussi adopter une vision positive du développement de la Chine », a ajouté le président chinois. « Quand ce problème fondamental sera résolu (…) les relations pourront véritablement se stabiliser, s’améliorer et avancer. »

Avant cette rencontre, Antony Blinken s’est entretenu avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, qui l’a averti que les multiples pressions américaines sur la Chine pourraient entraîner une « détérioration » des liens entre les deux pays.

Le chef de la diplomatie chinoise a rappelé que la question de Taïwan, île revendiquée par Pékin et soutenue militairement par Washington, était la « première ligne rouge à ne pas franchir » dans les relations sino-américaines.

Le dossier TikTok

Après plus de cinq heures et demie de discussions avec Wang Yi, Antony Blinken a décrit ses échanges dans le complexe diplomatique de Diaoyutai, entouré de jardins, comme « approfondies et constructives »

La Chine reproche aux Etats-Unis ses multiples pressions concernant la mer de Chine méridionale, Taïwan, le commerce ou ses relations avec la Russie, qui se sont renforcées depuis l’invasion de l’Ukraine en février 2022.

Pékin dénonce également les restrictions américaines sur les exportations vers la Chine de technologies avancées, dont les semi-conducteurs. De plus, le dossier du réseau social TikTok, menacé d’interdiction aux Etats-Unis s’il ne coupe pas ses liens avec sa maison mère chinoise ByteDance, a été évoqué.

Lire aussi : Les États-Unis ont besoin de confidentialité des données, pas d’une interdiction de TikTok

Washington soupçonne l’application d’être utilisée pour espionner des Américains, collecter des informations personnelles et servir également la propagande chinoise. TikTok dément catégoriquement ces allégations.

Malgré ces tensions, les relations entre la Chine et les Etats-Unis « commencent à se stabiliser » depuis le sommet entre Xi Jinping et Joe Biden en novembre, a estimé Wang Yi, mettant toutefois en garde contre la persistance d’« éléments négatifs ».

Lire aussi : Trois heures d’entretiens entre Xi Jinping et Joe Biden

« Les droits légitimes de la Chine en matière de développement ont été indûment opprimés et nos intérêts fondamentaux sont remis en question », a souligné Wang Yi, dans une allusion aux restrictions américaines dans le secteur technologique.

Perspectives sino-américaines

« La Chine et les Etats-Unis doivent-ils continuer à aller dans la bonne direction, celle de la stabilité, ou retourner dans celle d’une détérioration? », a demandé Wang Yi.

De son côté, Antony Blinken a fait part à Wang Yi de ses préoccupations concernant le présumé soutien de la Chine « à la base industrielle de défense russe », a déclaré le porte-parole du département d’Etat américain, Matthew Miller.

Si les entreprises chinoises ne fournissent pas directement d’armes à la Russie, Washington les accuse de livrer du matériel et des technologies à double usage à ce pays qui facilitent son effort de réarmement.

Les Etats-Unis et la Chine doivent être aussi « clairs que possible dans les domaines dans lesquels nous avons des divergences, au moins pour éviter les malentendus et les erreurs de calcul », a déclaré le secrétaire d’État américain.

Le déplacement d’Antony Blinken en Chine est le signe d’une baisse relative des frictions entre la Chine et les Etats-Unis, exacerbées sous la présidence américaine de Donald Trump, qui promet à nouveau une ligne dure face à la Chine s’il remporte l’élection présidentielle de novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *