Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhang Ming en visite à Victoria aux Seychelles, a rencontré le président seychellois James Michel, avec lequel il a évoqué la promotion de « l’amitié et la coopération » entre les Seychelles et la Chine.

A l’occasion d’une conférence de presse au Palais Présidentiel de Victoria, le 9 mai, le vice-ministre chinois, Zhang Ming, a expliqué les raisons de sa venue dans l’archipel : il s’agit de « lancer la concertation politique entre nos deux ministères des Affaires étrangères ».

Préserver l’histoire commune

Cliquez sur l’image pour en savoir!

Les relations diplomatiques entre les deux pays ont débuté en juin 1976, soit bientôt 40 ans d’échanges diplomatiques, économiques et commerciaux. Gage de l’authenticité des relations sino-seychelloise, Seychelles News Agency (SAN), a évoqué la découverte de documents datant de 1863, relatant la première visite de chinois aux Seychelles, dans les Archives nationales des Seychelles. Ces derniers ont accosté à bord d’un navire marchand, pour être ensuite rejoint, en 1886, par un groupe de 23 autres immigrants en provenance de l’île Maurice.

Au fil des siècles, les Seychelles et la Chine ont développé au fur et à mesure des opportunités une coopération diplomatique, économique, mais également touristique, médical, et dans les domaines de l’éducation et de la sécurité maritime. « Nos relations bilatérales sont anciennes, notre amitié et la coopération se sont rapidement développées au cours des dernières années, il est donc nécessaire pour nous de nous concerter régulièrement pour promouvoir notre amitié et la coopération », a déclaré Zhang Ming à la presse locale (SNA).

Des défis mondiaux en débat

Dans un contexte mondial en mouvement, la Chine et les Seychelles ont conservé « une communication étroite et une coordination sur des problématiques mondiales importantes telles que le développement des petits États insulaires, le programme de développement après 2015, le changement climatique, la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies », a précisé le vice-ministre chinois.

En effet à l’approche du Sommet mondial que le Climat à Paris, en décembre 2015, le président seychellois, chef de file des États et territoires insulaires, a mit les bouchées double pour alerter la communauté internationale des conséquences des changements climatiques sur leur sol et la nécessité de l’adaptation et de la participation des pays développés dans le Fonds vert. Une position soutenue par la Chine et les pays émergents.

Raison pour laquelle, « la consultation politique nous permettra de discuter d’enjeux d’intérêt commun au niveau mondial et régional », a indiqué le vice-ministre chinois. Dans un communiqué de presse publié le 9 mai, le Palais Présidentiel a expliqué que les échanges « ont porté sur des enjeux d’intérêt commun sur lesquels les deux parties peuvent accroître leur collaboration bilatérale » : commerce, investissement et énergie renouvelable, tourisme, lutte contre la piraterie, « concept d’économie bleue » et les enjeux du changement climatique.

James Michel a de son côté exprimé sa sollicitude vis-à-vis de la Chine, assurant que « notre partenariat avec la Chine est crucial pour soutenir notre prospérité économique et elle est indispensable pour permettre à l’Afrique d’émerger en tant que continent fort ».

La Route de la Soie passe aussi par les Seychelles

Danny Faure Vice-Président des Seychelles et Li Yuanchao, Vice-Président de la République Populaire de Chine.

Danny Faure Vice-Président des Seychelles et Li Yuanchao, Vice-Président de la République Populaire de Chine.

La visite de Zhang Ming fait suite à celle du vice-président des Seychelles, Danny Faure, en avril, où il a rencontré le vice-président chinois Li Yuanchao. Le vive-président seychellois était accompagné d’une délégation du Parti populaire uni des Seychelles (SPS), dont il est le secrétaire général, afin d’échanger avec de hauts cadres du PCC.

De son côté, le Parti communiste chinois s’est dit disposé à approfondir les relations avec le parti au pouvoir à travers des échanges d’expérience en matière de gouvernance afin « de promouvoir davantage le développement et la prospérité des deux pays ».

Pour sa part, Li Yuanchao a déclaré à l’agence de presse, Xinhua, que « la Chine va adhérer au principe de sincérité, de vrais résultats, d’affinité et de bonne foi », afin de renforcer la coopération bilatérale dans le secteur de l’économie maritime, des infrastructures, des échanges de peuple à peuple entre autre.

Le vice-président chinois a également mit en avant la promotion du concept d’économie bleue des Seychelles, à travers le développement durable des ressources océaniques du pays.

Un moyen pour le projet de nouvelle Route de la Soie de se mettre en place, dans la région. Danny Faure a lui salué « le soutien de la Chine pour le développement social et économique du pays », ajoutant que « la Chine nous a toujours traité comme un partenaire égal indépendamment de notre taille géographique et nous avons le respect mutuel l’un pour l’autre ».

A l’occasion de sa visite en Chine, le vice-président s’est assuré du soutien de la Chine vis-à-vis de l’appel lancé par les Seychelles pour avoir un représentant africain au conseil de sécurité des Nations Unies.

Depuis 2012, les autorités seychelloises ont fait la demande pour occuper un des sièges non permanents au Conseil de sécurité de l’ONU en 2017-2018, assurant pouvoir y jouer un rôle dans la lutte contre la piraterie maritime et la défense des petites îles.