Le géant de l’Internet, Baidu, pourrait surpasser sont principal concurrent américain, Google, dans le domaine de la conduite autonome.

En 2015, lors du procès intenté par Waymo, projet Google de conduite autonome, contre Uber pour violation de brevet et vol de secrets commerciaux, la société Google faisait part de ses inquiétudes vis-à-vis de la technologie de conduite autonome de la compagnie Uber et du géant chinois de la technologie Baidu.

Les médias étrangers, cité par Le Quotidien du Peuple, ont évoqué l’un courriel envoyé par Chris Urmson, ancien responsable du programme de voiture sans conducteur de Google, au fondateur de Google, dans lequel il expliquait qu’il ne s’agissait plus d’être leader, mais de tenter de ralentir le déclin.

De plus, le haut dirigeant de Google, Dmitri Dolgov, avait mentionné dans un courriel que la compétitivité de Google était en baisse face aux entreprises chinoises comme Baidu. Cette dernière a lancé en 2017 sa plate-forme de conduite autonome Apollo, qui est la première du genre dans le monde et considérée par les médias chinois comme «une grande réussite dans l’industrie de la conduite autonome». 

Modèle test de voiture munie de la conduite autonome de Baidu

La plate-forme de Baidu compte désormais plus de 80 partenaires, dont Bosch, Microsoft et Blackberry. Au cours de ces trois dernières années, Baidu a connu une montée en puissance dans le domaine de la conduire autonome, faisant du projet Apollo un «gros problème» pour Google.

A tel point que le magazine Fortune a reconnue Baidu comme l’un des quatre géants de l’intelligence artificielle les plus importants au monde. En effet, la société est l’une des premières entreprises technologiques chinoises à explorer l’intelligence artificielle et la conduite autonome.

De plus, sa plate-forme Apollo peut fournir aux développeurs des capacités de conduite autonome telles que la perception, la planification d’itinéraire et le contrôle du véhicule via API ou SDK.

De son côté, Forbes a indiqué que les entreprises occidentales du secteur ont peu de possibilité d’intégrer pleinement le marché chinois, alors que Baidu, avec son algorithme unique, de bons partenaires commerciaux, et un énorme soutien du gouvernement, a une chance de dépasser Google dans le domaine de la conduite autonome.

D’ailleurs, en janvier 2018, la Commission nationale du développement et de la réforme a publié un projet intitulé «Stratégie de développement et d’innovation des automobiles intelligentes/ », proposant de promouvoir une intégration en profondeur entre l’industrie automobile et d’autres secteurs. Moyen de soutenir la compagnie Baidu et les nouvelles startups, dans le but «d’encourager le développement de voitures intelligentes standard en Chine, et de faire du pays une puissance mondiale dans ce secteur».

Le projet du gouvernement stipule clairement que d’ici 2020, la proportion de nouvelles voitures intelligentes devra atteindre 50% et que, d’ici 2035, la Chine devra être une puissance mondiale en matière de construction de voitures intelligentes.