Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni, le 16 mai, pour une nouvelle session d’urgence sur le conflit israélo-palestinien, la troisième en une semaine, sans adoption d’une déclaration commune ni de propositions permettant d’aboutir à une cessation des hostilités.  

Conseil de sécurité de l’ONU

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a regretté dimanche «l’obstruction» des États-Unis pour faire adopter au Conseil de sécurité des Nations Unies une déclaration appelant à la fin des hostilités entre Israéliens et Palestiniens.

«Le Conseil de sécurité doit prendre des mesures», a-t-il dit, en rappelant que la Chine était (avec la Norvège et la Tunisie) à l’origine d’un projet de texte depuis une semaine. «À cause de l’obstruction d’un pays, le Conseil de sécurité n’a pas été capable de parler d’une seule voix», a-t-il déploré en demandant à Washington «de prendre ses responsabilités» à l’ONU.

La réunion du 16 mai est la troisième – et la première publique – du Conseil de sécurité depuis le 10 mai, organisée à l’initiative de la Chine, de la Norvège et de la Tunisie.

Lors des deux premières sessions, du 10 et 12 mai, les États-Unis, isolés, se sont opposés à l’adoption d’une déclaration du Conseil de sécurité qui voulait déplorer les victimes civiles, appeler à la fin des hostilités et réaffirmer le projet d’une solution à deux États vivant côte à côte, Israël et la Palestine sur la base des résolutions de l’ONU.

Lors de cette réunion, la Chine a émit une proposition en quatre points face à l’escalade du conflit Palestine-Israël, a indiqué le conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères du pays, Wang Yi.

Selon lui, « le conflit qui s’intensifie entre Israël et la Palestine a causé d’importantes pertes humaines, dont celles des femmes et des enfants. La situation est extrêmement critique et grave, un cessez-le-feu et un arrêt des violences sont nécessaires de toute urgence ».

Le ministre a alors faut une proposition en quatre points :

  1. un cessez-le-feu et un arrêt des violences sont la priorité absolue. La Chine condamne fortement les actes violents contre les civils et exhorte encore une fois les deux parties à immédiatement cesser leurs actions militaires et hostiles, à mettre un arrêt aux actions détériorant la situation, dont les frappes aériennes, les offensives terrestres et les tirs de roquettes. Israël, en particulier, doit faire preuve de retenue.
  2. l’aide humanitaire est un besoin urgent. La Chine exhorte Israël à sincèrement remplir ses obligations conformément aux traités internationaux, à lever le blocus et le siège de Gaza le plus tôt possible, à garantir la sécurité et les droits des civils sur le territoire palestinien occupé et à offrir un accès pour l’aide humanitaire. La communauté internationale doit offrir une aide humanitaire à la Palestine et les Nations unies doivent jouer un rôle de coordination pour éviter de graves catastrophes humanitaires.
  3. le soutien international est une obligation. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit prendre des mesures vigoureuses sur le conflit Palestine-Israël, réitérer son ferme soutien à la « solution à deux États » et faire avancer la situation vers un apaisement au plus tôt.
  4. la « solution à deux États » est une solution fondamentale. La Chine encourage les deux parties à reprendre leurs négociations de paix basées sur cette solution le plus tôt possible, à établir un État indépendant de la Palestine jouissant d’une souveraineté complète avec Jérusalem-Est comme capitale et basé sur les frontières de 1967, afin de réaliser fondamentalement la coexistence pacifique entre la Palestine et Israël, la coexistence harmonieuse entre les nations arabe et juive et la paix durable au Moyen-Orient.

Au cours de sa proposition, Wang Yi a indiqué que le Conseil de sécurité des Nations unies «n’a pas pu parler d’une seule voix à cause d’un certain pays. La Chine appelle les Etats-Unis à assumer leurs responsabilités comme il se doit, à adopter une position impartiale et à soutenir le Conseil de sécurité des Nations unies dans son rôle qui lui revient d’apaiser la situation, de reconstruire la confiance et de parvenir à un règlement politique».

Wang Yi a attesté que «la Chine soutient également les Nations unies, la Ligue des États arabes et l’Organisation de la coopération islamique, ainsi que d’autres pays ayant une influence importante dans la région pour jouer un rôle plus actif».