De notre stagiaire Julia Peillon – Le retour en Chine de Zou Qianshen, 43 ans, avec Sandra, une Camerounaise de 27 ans qu’il venait d’épouser, n’est pas passé inaperçu et a suscité la curiosité de tout le village.

Les questions de leurs amis sur les réseaux sociaux ont rapidement fusé : l’amour peut-il être sincère, malgré les 16 ans qui les séparent et leurs origines ? Le 6 mars, le couple organisait une séance de question-réponse en direct sur internet pour répondre aux nombreux internautes curieux.

Ils ont rencontré un franc succès sur Internet : lorsqu’ils ont commencé à décrire leur quotidien sur les réseaux sociaux, ils ont gagné 20 000 abonnés en l’espace d’un mois. Pour Zou Qianshen, les internautes posent trop de questions, parfois même sur leur intimité.

Toutefois, ils sont plutôt satisfaits de la vie qu’ils mènent. Sandra, qui a épousé son mari il y a moins d’un an, s’est déjà faite à l’utilisation des feuilles de maïs pour la cuisson les aliments, mais peine encore à s’habituer aux huîtres aux saveurs locales.

Le couple communique ensemble sur les réseaux sociaux, mais Zou Qianshen occupe surtout le rôle de traducteur. Après plus de 13 années passées sur les navires de pêche à l’international, ce dernier parle un français plutôt fluide. S’il n’avait pas eu cette compétence, leur union n’aurait probablement jamais eu lieu, confie-t-il au site Sohu.com.

Certificat de mariage du couple

En 2006, Zou Qianshen commence à travailler sur un chalutier. En 2015, son navire jette l’encre dans la ville portuaire de Douala au Cameroun, où vit Sandra et où ont joué de grands noms du foot tels que Samuel Eto’o ou Patrick Mboma. À cette période, Zou Qianshen et ses collègues sont autorisés à débarquer une fois tous les huit jours.

À l’approche du nouvel an chinois, les employés du bateau se voient accorder une semaine de congés pour célébrer les fêtes. Afin d’accueillir à bras ouverts la nouvelle année, Zou Qianshen décide de se faire couper les cheveux. Il tombe par hasard sur le salon de coiffure de Sandra. À cette époque, il s’était déjà marié une première fois neuf ans auparavant.

Lui divorcé, elle célibataire, si tout semble les opposer, ils s’aiment d’un amour sincère. Après l’obtention du certificat de mariage à l’ambassade de Chine au Cameroun, le couple a officiellement fait reconnaître son mariage à Douala. Conformément à la coutume locale, ils ont organisé une cérémonie et ont obtenu la bénédiction de la communauté, des parents et des proches de Sandra.

Lorsque l’on demande à la mère de Zou Qianshen ce qu’elle pense de sa belle-fille camerounaise, elle répond aussitôt : « Elle est intelligente, belle, pieuse, mais surtout elle nous a offert un magnifique petit-fils. Quand il sera grand, il sera boxeur. » Zou Qianshen l’interrompt aussitôt et rectifie : « Pas boxeur ! Il deviendra un grand footballeur ! ».

A Dandong, ville portuaire située dans la province de Liaoning, Sandra cuisine du chou chinois du nord-est de la Chine… à la manière camerounaise ! Elle y ajoute de l’huile et une pincée de sel, ce qui ne correspond en rien à ce dont les Chinois sont habitués. Cependant, pour faire honneur à la jeune femme, tout le monde a fini par s’y mettre.