Le président de Djibouti, Omar Guelleh (en Une au côté du président Xi Jinping), a réfuté dans une interview accordée à Afrique Magazine,  l’analyse de certains experts estimant que la Chine instaure un « nouveau colonialisme ».

Pour le président djiboutien, « ces gens disent n’importe quoi! La Chine est un véritable partenaire, le seul finalement aujourd’hui qui fonctionne sur une coopération à long terme. Elle est notre amie. Elle a ouvert sa première base hors de ses frontières chez nous. Nous sommes inclus dans le grand plan des routes de la soie. Elle investit massivement à Djibouti ».

En effet, deux grands projets financés par l’Eximbank chinoise sont actuellement en cours. D’une part, le chantier d’adduction d’eau entre l’Éthiopie et Djibouti, évalué à 322 millions de dollars (264 millions d’euros) et la ligne de chemin de fer Djibouti-Addis-Abeba.

« Les Chinois sont particulièrement dynamiques et ambitieux. Ils sont durs en affaires, il faut s’y habituer et bien négocier aussi. Ils s’investissent comme personne d’autres sur l’Afrique. Ils parient sur notre avenir, notre émergence », a expliqué le président.

Omar Guelleh a assuré que Djibouti « représente à leurs yeux un intérêt stratégique majeur avec notre position sur le Bab-elMandeb, là où transite une bonne partie du commerce chinois et international. Et nous avons de grands projets en cours, qui vont au-delà des ports, des zones franches, du commerce. Je pense en particulier à ces projets de connexions télécoms par câble qui relieraient la Chine, l’Asie, à l’Afrique et à l’Europe en transitant par des data centers à Djibouti (projet Peace) ».