Des drones ont été lâchés depuis l’arrière d’un camion et même d’un hélicoptère lors d’un test.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux chinois, les images dévoilées par l’entreprise China Electronics Technology Group Corporation (CETC) montrent un essaim de drones lancés depuis l’arrière d’un camion.

Au moins deux engins sont également lâchés depuis un hélicoptère en plein vol. Sur une musique survitaminée, les drones, qui peuvent donc être lancés au sol ou dans les airs, foncent ensuite sur une cible indiquée par un opérateur, avant que la vidéo ne s’arrête.

Le test aurait été effectué en septembre par CETC. Mais aucun détail n’a été précisé sur le type de drone utilisé pour ce test. Cependant, le South Morning China Post trouve des similitudes avec le drone d’attaque CH-901, dévoilé en 2016.

Ce drone solaire possède des ailes de moins de 20 kilos, le CH901, un drone kamikaze assez petit pour être porté par un soldat, et un drone amphibie, qui peut attaquer des sous-marins.

Ces drones seraient développées par la société publique China Aerospace Science and Technology Corporation. D’une taille d’1,2 mètre de long et pesant 9 kilos, ce drone peut passer jusqu’à 120 minutes dans les airs et foncer sur sa cible à une vitesse de 150 kilomètre par heure avant d’exploser, selon le quotidien hongkongais.

La Chine teste plusieurs appareils expérimentaux, dont le CH901, car « les dirigeants chinois estiment que leur pays est confronté à plusieurs menaces et qu’ils doivent être prêts à les affronter, par la force s’il le faut », a expliqué Timothy Heath, expert à la RAND Corporation.

En 2017, l’université militaire chinoise NUDT a fait voler un essaim de 21 drones. Selon les experts, déployés derrière une ligne de front, les drones seraient extrêmement difficiles à contrer. Ils pourraient aussi servir à brouiller les systèmes de communication de l’ennemi.

Image de Une : drone de combat