Le gouvernement philippin a décidé de reprendre l’exploration pétrolière dans la mer de Chine méridionale contestée entre la Chine et les Philippines. Ce dernier a déclaré le 19 octobre que sa décision de était une décision «unilatérale» prise sans consultation avec la Chine.

D’ailleurs, le département de l’énergie a indiqué que le président Rodrigo Duterte avait approuvé la levée d’un moratoire de six ans sur l’exploration pétrolière dans les eaux contestées au large de l’île de Palawan, à l’ouest du pays.

Le secrétaire à l’Énergie, Alfonsi Cusi, a évoqué l’épuisement imminent d’une réserve de gaz naturel au large de Palawan, et expliqué qu’il était impératif de reprendre l’exploration dans la zone économique exclusive des Philippines.

Le moratoire a été imposé en 2014 lorsque les tensions entre les Philippines et la Chine se sont intensifiées en raison de leurs revendications territoriales qui se chevauchent dans la mer de Chine méridionale.

Lire aussi : Les Philippines prêtes à partager la mer de Chine

Le ministère a émis des avis aux entrepreneurs pour qu’ils reprennent les activités liées au pétrole dans trois zones extra-côtières.

Alfonsi Cusi a déclaré que le moratoire avait été levé de bonne foi et ne violerait pas l’accord conclu avec la Chine pour trouver des moyens de surveiller les eaux.

«Il n’y a aucune interdiction de le faire unilatéralement … C’est une action unilatérale de notre part de demander à ces titulaires de permis de redémarrer les activités dans la mer des Philippines occidentale», a indiqué ce dernier.

Le secrétaire a ajouté que les entreprises chinoises peuvent toujours participer si elles demandent une licence d’exploitation aux autorités philippines. Beijing a dit espérer que la Chine et les Philippines pourront coopérer dans le cadre d’une future exploration conjointe.

«La Chine et les Philippines sont parvenues à un consensus sur le développement conjoint des ressources pétrolières et gazières dans la mer de Chine méridionale et ont établi un mécanisme de coopération pour les consultations connexes», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

«J’espère et je crois que les deux parties se rencontreront à mi-chemin et favoriseront le développement conjoint pour faire des progrès positifs continus», a souligné ce dernier.