Plusieurs dizaines de contestataires ont gravi la Roche du Lion, montagne de 500 mètres surplombant le district de Kowloon, pour ériger le 13 octobre une large statue, qu’ils ont nommée «Dame de la Liberté».

Cette statue vise selon eux à inciter le plus grand nombre d’hongkongais à prendre part aux manifestations anti-gouvernementales.

La statue haute de trois mètres représente une activiste équipée d’un masque à gaz, d’un casque et de lunettes protectrices. Elle tient dans l’une de ses mains un parapluie, symbole du mouvement pro-démocratie.

«Révolution de notre temps, Libérez Hong Kong», peut-on lire sur une bannière noire qui habille la statue.

L’un des contestataires a déclaré à l’agence de presse Reuters qu’il espérait que «Lady Liberty» inciterait la population hongkongaise à continuer de se battre.

«Tous les problèmes peuvent être résolus avec la résilience du peuple de Hong Kong et un dur labeur pour atteindre nos objectifs», a-t-il dit, sans préciser son identité.