Le président américain Donald Trump a demandé au représentant américain au commerce (USTR), Robert Lighthizer, de lancer la procédure destinée à augmenter les tarifs douaniers sur la quasi totalité des importations en provenance de Chine.

Nouvelles taxes contre la Chine

D’après un communiqué de l’USTR, « le président nous a ordonné de démarrer le processus d’augmentation des droits de douane sur quasiment tout le reste des importations de Chine, évalué à environ 300 milliards de dollars », a indiqué Robert Lighthizer.

Cette procédure doit démarrer le 13 mai 2019. D’ailleurs, en vue de la notification publique et de la collecte des commentaires, la procédure va être publiée prochainement au journal officiel, ont indiqué les services de l’USTR.

« Les détails seront sur le site internet de l’USTR lundi quand nous commencerons la procédure qui précède la décision finale » d’imposer effectivement ou non ces nouveaux droits de douane.

L’administration Trump a déjà imposé en mars 2018 des droits de douane supplémentaires sur l’acier et l’aluminium chinois. Elle a ensuite imposé des tarifs douaniers de 25% sur 50 milliards de dollars (44 mds €) de biens chinois avant d’infliger des droits de douanes de 10% sur 200 milliards de biens supplémentaires (176 mds €). Le 10 mai 2019, les droits de douane de 10% ont été portés à 25%.

A lire aussi : Donald Trump remet la pression sur la Chine

Donald Trump avait menacé d’imposer des droits de douane sur la totalité des importations venant de Chine, ce qui représente 539,5 milliards de dollars en 2018 (474,7 mds €).

Beijing répliquera

De son côté, le vice-Premier ministre Liu He a déclaré que « la coopération était le seul choix judicieux pour la Chine et les États-Unis, mais que la Chine ne fera aucun compromis sur les questions de principe majeures ».

A l’occasion d’un point presse avec des médias chinois, à l’issue du onzième cycle de consultations économiques et commerciales de haut niveau entre les deux plus grandes économies du monde, il a assuré que « la coopération est le seul choix valable pour les deux parties, mais qu’elle doit être basée sur des principes ».

Liu He a d’ailleurs souligné que « la Chine ne fera jamais de concessions sur les questions de principe majeures ». Il a assuré que le gouvernement « s’oppose fermement à l’augmentation des tarifs douaniers décidée par les États-Unis, qui est non seulement néfaste pour la Chine et les États-Unis, mais aussi pour le monde entier, et la Chine devra prendre les contre-mesures nécessaires ».

Pour ce dernier, « tout accord doit être égal et mutuellement avantageux ». Le vice-Premier ministre a assuré que « les deux parties étaient parvenues à un consensus important sur de nombreux aspects, mais qu’il restait trois préoccupations fondamentales de la Chine à prendre en compte » : la suppression de tous les tarifs douaniers supplémentaires ; un montant des achats réaliste ; une amélioration de l’équilibre du libellé du texte.