Le président français Emmanuel Macron a proposé le 25 avril 2018 d’agir comme médiateur entre le Dalaï lama et la Chine, dans le but de résoudre la crise au Tibet.

«Si la France peut être utile pour régler la situation entre le Dalaï lama et son peuple, et la Chine, je ferai de mon mieux», a affirmé Emmanuel Macron lors d’un échange discussion avec des étudiants à l’université de George Washington.

Ce dernier a indiqué ressentir «les premiers signaux que le président (chinois) veut bouger, je l’espère». Il a toutefois écarté l’idée d’une rencontre en France avec le chef spirituel des Tibétains. En effet, le président français a estimé que «si je le rencontre, cela créera une crise avec la Chine».

Il a cependant rappelé sa rencontre avec le chef spirituel tibétain pendant la campagne électorale française. Le rencontrer à Paris «sans condition préalable, juste pour envoyer un signal, je pense que ce serait inutile et contre-productif». 

Alors ancien ministre de l’économie, Emmanuel avait rencontré en privé le Dalaï Lama, en septembre 2016, pour échanger «sur le fait religieux, la liberté religieuse, le rôle des religions dans la société».