La Chine a décidé de légiférer la conservation du fleuve Yangtsé, dont la loi est entrée en vigueur le 1er mars.

Cette nouvelle loi entre dans le cadre des efforts accrus de la Chine pour protéger son « fleuve mère ». Avec 96 dispositions réparties en neuf chapitres, il s’agit de la première loi du pays sur un bassin fluvial spécifique.

Fleuve Yangtsé des Trois Gorges

Le Yangzi Jiang (ou fleuve Yangzi ou Yang-Tsé ou Chang Jiang), parfois appelé en français fleuve Bleu. Il s’agit du plus important des fleuves de Chine avec un débit moyen de 30 000 m3/s et une longueur de 6 300 kilomètres. Le fleuve traverse les provinces du Qinghai, Yunnan, Sichuan, Hubei, Hunan, Jiangxi, de l’Anhui et du Jiangsu, et ses affluents irriguent également le Tibet, le Shaanxi, le Henan, le Guizhou, le Guanxi, le Guandong, le Fujian et le Zhejiang.

La nouvelle loi renforce la surveillance, la prévention et le contrôle de la pollution de l’eau dans le bassin du fleuve Yangtsé. Plusieurs mesures ont été décidé ces dernières années pour lutter contre la pollution.

Les extractions de sables seront «sévèrement limitées» dans le bassin du fleuve, la délocalisation des usines chimiques devrait aussi s’accélérer, pour limiter les problèmes de pollution industrielle.

Le Yang-Tsé-Kiang fournit un tiers des ressources en eau du pays de la Chine et accueille aussi plus de 40 % des rejets d’eaux usées. Dans un tel contexte, la Chine veut assurer un « développement vert » au « fleuve bleu ».

Lire aussi : Le fleuve Yangsé, nouvelle axe économique de la Chine

« Pour le développement économique et social du bassin du Yangtsé, des efforts doivent être faits pour promouvoir une protection de l’environnement bien coordonnée et éviter un développement excessif, tandis que l’écologie doit être prioritaire », selon la loi.

S’étendant sur plus de 6.300 km, le fleuve Yangtsé dispose d’une riche biodiversité et d’amples ressources minérales et hydriques dans son bassin. Cependant, la surpêche et la pollution ont longtemps menacé sa vie aquatique et épuisé ses stocks de poissons.

La loi stipule que la pêche à des fins productives est interdite dans les zones de conservation de la vie aquatique du bassin du fleuve Yangtsé, ajoutant que dans les délais prescrits par l’État, la pêche productive pour les ressources naturelles est interdite dans les eaux clés du fleuve Yangtsé, y compris son cours principal, ses principaux affluents et lacs et les zones désignées de son estuaire.

Des efforts conjoints seront également déployés pour lutter contre l’exploitation illégale du sable, conformément à la loi. La loi a été adoptée le 26 décembre 2020 par le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, le plus haut organe législatif du pays.