Le gouvernement provincial du Hebei poursuit la campagne nationale de réduction des surcapacités dans les secteurs du charbon et de l’acier. Toutefois, ce dernier a décidé d’aller plus loin en ordonnant à certaines usines de se retirer de plusieurs de ses villes, selon Beijing Information.

La Commission du développement et de la réforme du Hebei a annoncé le renforcement des mesures dans les villes de Zhangjiakou, Chengde, Qinhuangdao et Baoding, afin qu’elles deviennent des « villes sans mines de charbon« .

Cinq villes du Hebei vont probablement dire adieu aux mines de charbon ou aux aciéries, peut-être même aux deux secteurs dans certaines villes, comme le Zhangjiakou, Baoding et le Langfang.

« La plupart des aciéries de ces villes sont des entreprises plus petites et privées. Les mesures vont nettoyer les villes des industries moins importantes« , a expliqué au Global Times, Wang Guoqing, directeur de recherche au Centre d’information et de recherche sur l’acier Lange de Beijing.

chine-pollution-usine-fumeeCe dernier a indiqué que « les villes de Zhangjiakou, Baoding et Langfang étant proches de Beijing, la fermeture des aciéries apportera des avantages environnementaux à la capitale, qui va organiser les Jeux olympiques d’hiver 2022 avec Zhangjiakou comme ville partenaire« .

En effet, la province possédait une valeur industrielle passant de 2’140 milliards de yuans (278,2 milliards d’euros) à 4’500 milliards de yuans (585 milliards d’euros) entre 2010 et 2015. Cette expansion a conduit à un excès des capacités industrielles du Hebei.

Dans le cadre de la campagne nationale de réduction de la surcapacité, le gouvernement provincial a proposé de supprimer 17,26 millions de tonnes de capacités de fabrication de fer et 14,22 millions de tonnes d’acier avant la fin 2016. Pour répondre aux objectifs, la province va fermer 50 mines de charbon avec une capacité de 13,09 millions de tonnes de production.

Pour Li Chaolin, analyste indépendant de l’industrie du charbon, « les villes sans charbon ne sont pas traditionnellement de grandes bases productrices de charbon, à l’exception d’un petit nombre de mines de charbon à coût élevé ». Selon lui, « la fermeture de ces mines de charbon contribuera au rebond des prix du charbon, ce qui rendra meilleure la vie de celles qui fonctionnent encore ».

Entre 2013, début de cette campagne, et fin 2015, le Hebei a réduit ses capacités de fabrication de fer de 33,91 millions de tonnes et ses capacités de production d’acier de 41,06 millions de tonnes.

La dette des entreprises s'élève à 152%, surtout les industries lourdes publiques

La dette des entreprises s’élève à 152%, surtout les industries lourdes publiques

D’ailleurs, entre janvier et juin 2016, les entreprises de fabrication de matériel, situés dans la province, ont contribué pour 25,3% de la production industrielle totale à valeur ajoutée du Hubei, soit 0,1 point de pourcentage de plus que la contribution des entreprises sidérurgiques.

Cela « témoigne d’une percée dans la restructuration industrielle de la province », note Le Quotidien du peuple. D’ailleurs, d’après le ministère des ressources humaines et de la sécurité sociale, cette restructuration pourraient affecter 1,3 million d’employés dans le secteur du charbon et 500’000 employés dans le secteur de l’acier.

Toutefois, les analystes cités par Le Quotidien du peuple estiment que la province « peut relativement bien gérer cette pression ». Car « la majorité des employés de l’industrie lourde peuvent relativement facilement trouver de nouveaux emplois dans des secteurs en aval comme la transformation, la logistique et la machinerie », a expliqué Wang Guoqing.

D’ailleurs, d’ici les 15 prochaines années les autorités souhaitent faire du Hebei, une base nationale importante pour le commerce et la logistique, une zone expérimentale pour la transition et la modernisation industrielles, une zone de démonstration pour l’urbanisation moderne et le développement coordonné des régions urbaines et rurales, et une zone tampon écologique, d’après les objectifs fixés par le bureau du développement coordonné de la région Beijing-Tianjin-Hebei.