Le géant chinois des télécommunications Huawei a perdu son titre de premier vendeur mondial de smartphones au troisième trimestre, tandis que son compatriote Xiaomi fait son entrée sur la troisième marche du podium.

Selon le bureau d’études Canalys, Huawei a vendu au troisième trimestre 51,7 millions de téléphones (-23% sur un an), dans un contexte de sanctions américaines.

De son côté, son rival sud-coréen Samsung a écoulé 80,2 millions d’appareils (+2% sur un an) et était de nouveau premier fabricant mondial.

Huawei est dans la cible principale de l’administration du président américain Donald Trump qui le soupçonne d’espionnage potentiel au profit de Pékin, ce dont le groupe se défend.

Huawei a ainsi été placé l’an dernier sur liste noire pour l’empêcher d’acquérir des technologies américaines indispensables à ses téléphones. Ainsi depuis septembre 2020, Huawei ne peut plus équiper ses appareils haut de gamme en nouvelles puces Kirin, que le groupe n’a pas les capacités de fabriquer en interne.

Huawei n’a par ailleurs plus accès aux mises à jour d’Android, le système d’exploitation de l’américain Google ultra dominant sur les téléphones.

Cette situation a profité à son rival Xiaomi, qui « a pris le risque de se fixer des objectifs de production élevés et cela a porté ses fruits », d’après Mo Jia, analyste de Canalys.

Résultat, le fabricant chinois Xiaomi a écoulé 47,1 millions de smartphones (+45% sur un an) sur la période juillet-septembre, malgré une demande mondiale en repli de 1% par rapport au troisième trimestre 2019.

« Il y a un parallèle entre Xiaomi qui a produit 14,5 millions d’appareils en plus, et Huawei qui en a produit 15,1 millions en moins », a relevé Mo Jia.

Fondé en 2010, Xiaomi connaît un essor fulgurant ces dernières années en proposant des appareils haut de gamme à prix abordable, et en les vendant au départ directement en ligne.

Quasi inconnue à l’étranger il y a encore cinq ans, Xiaomi était à l’époque régulièrement moquée pour ses produits fortement inspirés par l’iPhone d’Apple. La société américaine tombe à la place de 4ème fabricant mondial derrière Xiaomi, avec 43,2 millions d’appareils écoulés au troisième trimestre (+1% sur un an).

Vivo et Oppo, deux autres marques chinoises, occupent respectivement les cinquième et sixième places du classement.

Sur le marché national chinois, Hauwei conserve sa première place avec 41,2 % de part de marché en Chine, selon l’analyste Canalys. Mais HUawei n’a plus fourni que 34,2 millions de téléphones, soit une diminution de 18 % par rapport au troisième trimestre 2019.

Vivo et Oppo ont conservé leurs deuxième et troisième places, mais ont également enregistré des baisses de 13 % et 18 % par an. Et Xiaomi est le seul fournisseur à avoir réalisé une augmentation de 19 % d’une année sur l’autre (10,5 millions d’unités).