Le gouvernement chinois a jugé lundi 9 avril que des négociations commerciales avec les Etats-Unis étaient « impossibles dans les conditions actuelles ».

«Jusqu’à présent, les responsables américains et chinois n’ont engagé aucune négociation sur les différends commerciaux», a assuré Geng Shuang, porte-parole du ministère des affaires étrangères. Ce dernier a indiqué que «dans les conditions actuelles, il est impossible pour les deux parties d’avoir de quelconques pourparlers sur le sujet».

Geng Shuang a déploré que «d’un côté, les Etats-Unis brandissent le bâton des sanctions, et de l’autre, ils répètent à tout bout de champ qu’ils veulent négocier. Je ne sais pas pour qui ils jouent cette comédie».

Le président américain a décidé début mars d’imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium. Par la suite une liste de tarifs visant spécifiquement des importations chinoises a été publiée, comme punition au « vol de propriété intellectuelle » reprochée à Pékin par Donal Trump.

En réponse, la seconde puissance économique mondiale a aussi agité la menace de mesures de sanctions contre des produits américains, notamment le soja, exhortant les Etats-Unis à cesser leur « intimidation économique ».

Encore récemment de nouvelles menaces ont été proférées par les deux pays. D’un côté, Donald Trump laisse planer de tripler les tarifs douaniers sur les importations chinoises, tandis que Beijing promet elle aussi de nouvelles représailles.

Toutefois, la Maison Blanche a tenté d’apaiser la situation, admettant que les mesures pouvaient ne pas être appliquées, étaient un moyen de pression pour inciter la Chine à ouvrir son marché.

« La Chine va retirer ses barrières douanières parce que c’est ce qu’il faut faire (…) et un accord sera trouvé sur la propriété intellectuelle« , a ainsi écrit Donald Trump, le 8 avril, promettant « un superbe avenir pour les deux pays ».

« Nous sommes en contact permanent avec eux », a souligné le principal conseiller économique de l’administration Trump, Larry Kudlow, sur Fox News, ajoutant que «les tarifs doivent faire partie du processus, on n’a pas le choix. Ensuite, j’espère qu’il y aura des discussions, j’espère que les Chinois viendront discuter sérieusement d’ici deux mois».