Le fondateur d’Alibaba, Jack Ma, a créé un nouveau concours visant à permettre aux entrepreneurs africains d’obtenir un financement de 10 millions de dollars (8,6 M€) dans le secteur de l’économie numérique en Afrique.

A l’occasion du Youth Connekt Africa, qui se tenait fin juillet 2018 à Kigali, le milliardaire a expliqué que «l’essor de l’économie numérique est une source de croissance et d’opportunité pour les pays en développement, mais il nous incombe de veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte», devant près de 1 500 personnes.

Parmi les participants se trouvaient des officiels, des entrepreneurs, des investisseurs, des dirigeants de multinationales ou de start-up actifs dans l’écosystème digital africain. Pour la Cnuced, le potentiel du e-commerce africain en fait un secteur clef du développement du continent.

Conseiller spécial de la Cnuced pour l’entrepreneuriat et la petite entreprise chez les jeunes, Jack Ma a également annoncé qu’il comptait travailler avec l’organisation onusienne pour faire venir 200 entrepreneurs africains en Chine pour apprendre d’Alibaba.

Il entend également déployer un partenariat avec les universités africaines pour enseigner les technologies liées à Internet, l’intelligence artificielle et l’e-commerce.

Concernant ce fonds de 10 millions de dollars, il est issu de sa fortune personnelle pour les jeunes entrepreneurs africains de la tech, donc «l’argent est disponible. C’est le mien, donc je ne pas besoin d’obtenir l’approbation de tout le monde», explique-t-il.

Pour l’heure, peu de détails ont été communiqués sur cette annonce, mais certaines sources affirment que le fonds servira pour la formation des jeunes entrepreneurs Tech africains, et le financement de certains projets.

Pour rappel, le géant chinois de l’internet et e-commerce, Alibaba, été fondé en 1999. Depuis, le groupe a gagné en importance et est aujourd’hui valorisé à environ 231 milliards de dollars.

Or sur certains réseaux sociaux, les avis sont partagés. Pour Martin (nom d’emprunt), «Faire main basse sur l’économie numérique pour un petit million de dollar sur 10 ans … bravo Jack Ma, vous avez tout compris. Après les terres rares, le bois et les richesses du sous-sol, c’est le portefeuille de la classe moyenne que visent les chinois».

A contrario, Ken (nom d’emprunt) a souhaité la venue de Jack Ma en Cote d’ivoire, afin de développer des projets sur le territoire. De son côté Eli écrit que Jack Ma est «un homme exemplaire».

Jean assure que «si nos frères qui sont des ingénieurs dans le numérique ne font rien ainsi que nos hommes d’affaires  … On sera étonné de voir des chinois faire des milliards de chiffres d’affaire et qu’ils contrôleront tout nos marchés numériques …».