Dans une interview accordée à l’agence de presse Xinhua le président namibien Hage Geingob a fait part de son analyse concernant les relations sino-africaines et notamment celles avec son pays.

«Je ne viens pas pour mendier. Je parle avec des amis et vise à créer une situation gagnant-gagnant», a indiqué Hage Geingob. Ce dernier a répondu d’une certaine manière aux accusations du quotidien Le Namibien qui a titré jeudi « Le gouvernement prend le bol de la mendicité en Chine ».

Le président namibien a également indiqué que «ceux qui font des remarques irresponsables devraient avoir honte lorsqu’ils voient les bâtiments, les usines et les routes construits (par la Chine, ndlr) à travers l’Afrique, qui apportent des avantages tangibles à la population».

«La Chine est un ami en tout temps»

Durant sa visite d’Etat en Chine du 28 mars au 3 avril 2018, il s’est entretenu avec le président Xi Jinping, convenant d’établir un partenariat stratégique global de coopération.

« La Chine est un ami en tout temps, et nous avançons aujourd’hui dans une seconde phase », a indiqué Hage Geingob soulignant au passage que «les investissements chinois en Namibie ne visaient pas uniquement à extraire des ressources, mais aussi à construire des parcs industriels pour le transfert de technologies».

Ce dernier ne tarit pas d’éloge, la présence de la Chine dans son pays, assurant qu’«aucun pays au monde n’a autant accru la valeur de nos produits que la Chine. La Chine a réalisé de nombreux transferts technologiques et a créé beaucoup d’emplois».

Pas de néocolonialisme chinois

Pour Hage Geingob, la présence de la Chine et ses activités en Afrique n’ont rien de néo-colonialiste : «la Chine n’a jamais colonisé de pays africain ni ne nous a jamais traités comme des citoyens de deuxième classe».

Ce dernier a souligné qu’«aucune condition n’est attachée aux projets fondés par la Chine, et la coopération Chine-Afrique est menée sur un pied d’égalité», ajoutant que «nous sommes des adultes, et nous pouvons choisir nos amis. Nous sommes capables de choisir ce que nous désirons et ce qui est bon pour nous».