Le président américain Joe Biden s’est engagé le 25 mars à empêcher la Chine de devenir le pays «leader» et «le plus riche» du monde en continuant à resserrer les rangs avec ses alliés et en stimulant l’investissement américain dans la technologie, selon le quotidien South China Morning Post.

Joe Biden et Xi Jinping en 2015.

« Je vois une concurrence féroce avec la Chine », a déclaré Joe Biden lors de sa première conférence de presse en tant que président.

« La Chine a un objectif global, et je ne la critique pas pour cet objectif, mais elle a pour objectif global de devenir le premier pays au monde, le pays le plus riche du monde et le pays le plus puissant du monde. Cela ne se produira pas sous ma surveillance, car les États-Unis vont continuer à croître et à se développer », a déclaré ce dernier.

Le président américain a déploré que l’investissement américain dans « la recherche pure et l’investissement dans la science » soit tombé à 0,7% du PIB du pays, contre « un peu plus de 2% » dans les années 1960.

« L’avenir réside et qui peut en fait posséder l’avenir en ce qui concerne la technologie, l’informatique quantique et toute une gamme de choses, y compris le domaine médical », a-t-il déclaré, s’engageant à garantir cet investissement dans des domaines tels que la recherche médicale et l’intelligence artificielle. et l’informatique quantique s’élève à « plus près de 2% ».

Le président américain Joe Biden a également déclaré qu’il avait clairement fait comprendre à son homologue chinois Xi Jinping que les Etats-Unis ne cherchaient pas la confrontation mais insisteront pour que la Chine respecte le droit international en matière de concurrence et de pratiques commerciales.

Indiquant avoir passé « des heures et des heures » avec Xi Jinping lorsqu’il était le vice-président de Barack Obama, Joe Biden s’est dit convaincu que Xi Jinping estimait que la démocratie n’avait aucun avenir.

« Il fait partie de ceux, comme (le président russe Vladimir) Poutine, qui pensent que l’autocratie est l’avenir (et que) la démocratie ne peut fonctionner dans un monde toujours aussi complexe », a déclaré Joe Biden lors d’une conférence de presse à la Maison blanche. Xi Jinping n’a « pas une once de démocratie en lui », a-t-il poursuivi, ajoutant toutefois que son homologue chinois était « un gars intelligent, très intelligent ».

Joe Biden a déclaré avoir une vision pour le futur qui nécessité d’investir massivement pour les salariés aux Etats-Unis et dans la science afin de pouvoir rivaliser avec la Chine. « Nous ne cherchons pas la confrontation, mais nous savons toutefois qu’il y aura une concurrence abrupte », a assuré le locataire de la Maison Blanche.

Ce dernier a assuré que « nous allons insister pour que la Chine respecte les règles internationales – concurrence loyale, pratiques loyales, commerce loyal ». Il a indiqué que Washington allait travailler avec ses alliés pour tenir la Chine responsable de ses agissements à Taïwan, à Hong Kong, en mer de Chine méridionale et contre la minorité musulmane des Ouïghours dans la région du Xinjiang.

Rappelant sont entretient téléphonique avec Xi Jinping, le 20 janvier, Joe Biden a déclaré avoir dit à son homologue: « Tant que vous et votre pays continuerez de violer de manière si flagrante les droits humaines, nous allons continuer sans relâche de le faire savoir au monde, de faire comprendre clairement ce qui se passe. Et il a compris cela ».