D’après le site Radio Prague, un partenariat entre Prague et Taipei existe depuis une vingtaine d’années, mais le nouvel accord signé le 13 janvier transforme ce partenariat en jumelage officiel.

D’après le document, la coopération portera entre Taipei et Prague sur des axes économique, pédagogique, commercial et culturel. Il est également prévu à terme la mise en place d’une ligne aérienne directe.

«Selon moi, le nombre de touristes est suffisant pour rentabiliser une liaison régulière entre les deux villes», a estimé le maire de Prague, Zdeněk Hřib, après sa rencontre avec son homologue Ko Wen-je.

En plus de l’accord de jumelage, trois mémorandums ont également été signés entre les deux villes, dont l’un concerne le partenariat entre leur zoo respectif. Ainsi, il est envisagé que le zoo tchèque héberge un pangolin, animal symbolique de Taïwan.

Pour Zdeněk Hřib, Prague et Taïwan «sont liées par des valeurs démocratiques communes, un respect des droits de l’Homme fondamentaux et des libertés culturels, donc nous pouvons apprendre les uns des autres et s’inspirer mutuellement».

En Chine, le ton est monté, avec la rupture du jumelage mit en place entre Shanghai et la capitale tchèque. De son côté, le maire de Prague a relativisé cette décision en indiquant que le partenariat avec la capitale financière de la Chine avait été moins bénéfique pour sa ville.

A lire aussi : Shanghai rompt son jumelage avec Prague

Le maire de Prague a relativisé cette décision en indiquant que le partenariat avec la capitale financière de la Chine avait été moins bénéfique pour sa ville que pour le groupe PPF, récemment mis en cause dans une affaire de lobbying pro-chinois en Tchéquie.

Alors que pour certains chercheurs, «une partie de l’avenir du monde se joue à Taïwan», les représentants politiques tchèques ont récemment revu leur position vis-à-vis de la Chine, à commencer par le Président de la République.

Pour la première fois depuis plusieurs années, le très pro-chinois Miloš Zeman vient d’indiquer qu’il ne se rendrait pas en Chine en 2020, après avoir concédé que les investissements chinois dans le pays n’étaient pas à la hauteur des espoirs suscités.