La croissance économique en Asie de l’Est et dans le Pacifique s’affaiblira fortement en 2022 en raison du ralentissement de la Chine. Cependant, le rythme de l’expansion s’accélérera en 2023, a déclaré la Banque mondiale dans un communiqué.

La Banque mondiale, basée à Washington, a déclaré dans un rapport qu’elle s’attendait à ce que la croissance en 2022 dans la région Asie de l’Est et Pacifique, qui inclut la Chine, ralentisse à 3,2%, en baisse par rapport à sa prévision de 5,0% en avril, et à la croissance de 7,2% de 2021.

La prévision est plus faible qu’auparavant, en raison d’un fort ralentissement en Chine, causé par ses règles strictes de zéro-COVID qui ont perturbé la production industrielle, les ventes intérieures et les exportations, a déclaré la Banque mondiale.

La Chine constitue 86% de la production économique de la région des 23 pays. Le pays devrait connaître une croissance de 2,8% cette année, soit une décélération significative par rapport à la prévision précédente de la Banque mondiale, qui était de 5,0%.

En 2021, l’économie chinoise a progressé de 8,1%, sa meilleure croissance en une décennie. Pour 2023, la BM prévoit une croissance de 4,5% à la deuxième plus grande économie du monde.

« Alors qu’ils se préparent à un ralentissement de la croissance mondiale, les pays devraient s’attaquer aux distorsions des politiques intérieures qui constituent un obstacle au développement à long terme », a déclaré Manuela Ferro, vice-présidente de la Banque mondiale pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, dans un communiqué.

Un autre risque pour les perspectives de la région Asie de l’est : les hausses agressives des taux d’intérêt que les banques centrales du monde entier engagent pour combattre l’inflation. Les banques ont provoqué des sorties de capitaux et des dépréciations de devises, a déclaré la Banque mondiale.

La Banque mondiale a mis en garde les décideurs politiques contre l’imposition de contrôles des prix par le biais de subventions. Elle a également prévenu que ces mesures ne profiteraient qu’aux riches et détourneraient les dépenses publiques des infrastructures, de la santé et de l’éducation.

« Les contrôles et les subventions brouillent les signaux de prix et nuisent à la productivité », a déclaré Aaditya Mattoo, économiste de la Banque mondiale pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, dans un communiqué.