La Banque populaire de Chine (banque centrale) a relevé le 31 mai le ratio de réserves de change imposé aux banques du pays.

Banque populaire de Chine

Selon les analystes cités par l’agence de presse, Reuters, cette décision est une volonté de la Chine de freiner l’appréciation du yuan, actuellement au plus haut depuis trois ans face au dollar américain.

La Banque populaire de Chine (BPC) portera le 15 juin ce ratio à 7% contre 5% actuellement. Pour les banques de Chine, qui détiennent environ 1.000 milliards de dollars (900 milliards d’euros) de dépôts en devises, cette mesure aura pour effet une augmentation du coût de la détention d’avoirs en dollars.

Certains analystes estiment que cette nouvelle mesure pourrait contraindre les banques à immobiliser une partie de leurs avoirs en dollars, ce qui devrait freiner la hausse du yuan en décourageant les afflux de dollars à plus long terme.

«L’objectif est de restreindre la liquidité des devises, d’augmenter les taux d’intérêt en monnaies étrangères, afin de réduire la pression haussière sur le yuan», a expliqué Shuang Ding, responsable de la recherche économique « Grande Chine » de Standard Chartered.

L’annonce de la Banque populaire de Chine est intervenue après l’annonce du niveau le plus haut en trois ans du yuan face au dollar à 6,3607 sur le marché spot. Plusieurs responsables chinois ont mis en garde contre l’aspect spéculatif de la hausse de la monnaie nationale, le yuan (renminbi).

Dans une tribune publiée par le China Securities Journal, un ancien responsable de l’autorité de régulation du marché des changes a ainsi averti que la spéculation pourrait perturber le marché et peser sur les exportations.

Des observateurs du marché soulignent que les fondamentaux qui soutiennent la hausse du yuan restent inchangés, parmi lesquels la reprise continue de l’activité économique et l’afflux de capitaux sur le marché des « actions A » chinoises qui peuvent être échangées à Hong Kong.

De son côté, Liu Guoqiang, vice-gouverneur de la Banque populaire de Chine (banque centrale), a indiqué que «le taux de change de la devise chinoise, le renminbi, ou yuan, est resté fondamentalement stable et à un niveau équilibré cette année et continuera ainsi».

Ce dernier a expliqué que «les fluctuations dans les deux sens, appréciations ou dépréciations, du yuan deviendront la norme à l’avenir, et le taux de change de la monnaie continuera de dépendre de l’offre et la demande du marché ainsi que des changements sur les marchés financiers internationaux».

Liu Guoqiang a expliqué que le système du taux de change flottant dirigé, qui est basé sur l’offre et la demande du marché et ajusté en référence à un panier de devises, convient à la Chine à l’heure actuelle et pendant encore un certain temps à l’avenir.

Raisons pour lesquelles, la Banque populaire de Chine «guidera les attentes afin de maintenir la stabilité du taux de change du yuan à un niveau raisonnable et équilibré», a indiqué le vice-gouverneur.

Concernant l’actuelle appréciation rapide du yuan, celle-ci «n’est pas durable et n’est pas non plus conforme à la situation économique et financière nationale et internationale», selon Sheng Songcheng, chercheur de haut rang et ancien fonctionnaire de la banque centrale.

Ce dernier a expliqué à l’agence de presse Xinhua l’actuelle appréciation rapide du yuan chinois par rapport au dollar américain a peut-être dépassé les prévisions.

«L’indice du dollar a chuté de 2,2% au cours du dernier mois et demi, tandis que l’euro s’est renforcé de 2,3% contre le billet vert et que le yen japonais s’est affaibli de 0,4%, mais le RMB s’est apprécié de 2,9%», a précisé Sheng Songcheng.

Ce dernier a indiqué que l’indice du dollar est moins susceptible de continuer à baisser, et le taux de change du RMB par rapport au dollar devrait également être relativement stable selon les règles du marché.

Mais le taux de change du RMB a récemment atteint des records, et a bondi au-dessus de 6,4 par rapport au billet vert, ce qui indique qu’il y a un dépassement sur le marché, a souligné le chercheur.

L’analyste prévoit que l’appréciation rapide du RMB n’est pas durable, car l’économie américaine devrait rebondir au cours du deuxième semestre de l’année, et le dollar pourrait se renforcer en conséquence, tandis que le rétrécissement de l’écart d’intérêt entre la Chine et les Etats-Unis pourrait affaiblir l’élan de l’afflux d’argent liquide.