Face à des supporters en délire et sans restrictions liées au Covid-19 au Qatar, les télévisions chinoises ont décidé de censurer les images diffusées afin de dissimuler la foule.

De nombreuses manifestations ont lieu dans toute la Chine, dans un contexte de frustration et de fatigue des restrictions imposées pour lutter contre le coronavirus qui persiste dans le pays.

De nombreuses vidéos et photos ont montré des manifestants qui semblent à bout face à la politique du zéro Covid du président Xi Jinping. Raison pour laquelle, la télévision d’Etat chinoise, CCTV, a pris la décision de censurer bon nombre des images des matches de la Coupe du monde.

Après la diffusion de la cérémonie d’ouverture, de nombreux spectateurs s’étaient offusqués sur les réseaux sociaux et internet de l’absence de distanciation sociale et de mesures anti-covid.

Frustrés par le contraste manifeste entre l’isolement des Chinois et la liberté totale des supporters présents au Qatar, de nombreux internautes chinois ont dénoncé une vie dans la contrainte face à des personnes profitant des festivités et des rassemblements du Mondial au Qatar sans masque ni distanciation.

Par la suite, de nombreuses personnes ont constaté la disparition progressive de plans caméra de la foule lors des rediffusions du Mondial au Qatar. Selon l’Agence France Presse, lors de belles actions ou de goals, les plans diffusés sont ceux des joueurs en gros plan la plupart du temps.

Plusieurs internautes ont comparé les images officielles du Mondial à celles qui sont diffusées en Chine, et ont mit en avant la disparition d’une grande partie des plans cadrés sur la foule et les supporters.

La majorité des commentaires des internautes, lus par l’AFP, atteste que la censure vise à apaiser les tensions et notamment la frustration des Chinois face à la liberté des supporters.

Toutefois, Mark Dreyer, auteur de l’ouvrage “Sporting Superpower : An Insider’s View on China’s Quest to Be the Best”, a indiqué que « les médias chinois sont notoirement prudents en ce qui concerne les prises de vue de la foule lors d’événements sportifs internationaux, en raison de ce que l’on pourrait voir – comme des drapeaux tibétains, par exemple ».