L’emploi dans les énergies renouvelables dans le monde a augmenté de 5,8% pour atteindre 12,7 millions l’an dernier, selon l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA).

Le rapport, publié par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT), a démontré la capacité des énergies renouvelables à créer des emplois tout en atteignant les objectifs climatiques, en dépit de l’impact négatif de la pandémie de COVID-19.

Le rapport a révélé que la pandémie de COVID-19 a entraîné des retards et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, impactant les emplois, qui variaient selon les pays, les utilisations finales et les segments de la chaîne de valeur.

L’emploi dans les biocarburants liquides a diminué à mesure que la demande de carburants pour le transport a diminué. Le rapport a montré que les ventes d’éclairage solaire hors réseau ont également été touché par le contexte international, mais les entreprises ont pu limiter les pertes d’emplois.

Les secteurs de l’énergie solaire et éolienne ont continué de mener la croissance mondiale de l’emploi dans les énergies renouvelables, représentant un total de 4,2 millions et 1,3 million d’emplois, respectivement.

La Chine est en tête du classement des pays avec le plus d’emplois dans ce secteur avec un total d’environ 5,3 millions, suivie du Brésil avec 1,27 million. L’UE employait 1,24 million de personnes, et les États-Unis et l’Inde suivaient avec 923 000 et 863 000, respectivement. Dans l’UE, l’Allemagne comptait 352 000 emplois.

L’IRENA a prévu que le secteur des énergies renouvelables pourrait employer 38 millions de personnes d’ici 2030. Selon le rapport, les tendances de l’emploi sont façonnées par une multitude de facteurs, notamment les coûts, les investissements et les capacités nouvelles et cumulatives, ainsi que par un large éventail de mesures politiques visant à permettre le déploiement des énergies renouvelables, la génération de chaînes d’approvisionnement viables et la création de une main-d’oeuvre qualifiée.

« La pandémie de COVID-19 a continué d’affecter l’économie mondiale en 2021, modifiant à la fois le volume et la structure de la demande d’énergie », ont expliqué les rapporteurs.

Ces derniers ont indiqué que « seuls quelques pays sont devenus d’importants producteurs d’équipements. Des restrictions commerciales peuvent être nécessaires pour protéger une industrie locale naissante, mais les décideurs politiques doivent trouver un juste équilibre entre ces efforts et la minimisation des coûts des projets d’énergie renouvelable. »