lundi, juillet 22

La Chine déclare que le Dalaï Lama doit « complètement corriger » ses opinions politiques

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré le 20 juin que le chef spirituel en exil du bouddhisme tibétain, le Dalaï Lama, devait « corriger complètement » ses opinions politiques comme condition de la reprise des contacts avec le gouvernement chinois.

Le ministère a réagit aux déclarations du Premier ministre du gouvernement tibétain en exil qui a fait part de son intention d’utiliser la nouvelle législation américaine pour tenter de forcer la Chine à la table des négociations et qu’il allait également essayer de amener d’autres pays à faire pression sur la Chine pour qu’elle négocie.

Les négociations formelles entre la Chine et le Dalaï Lama, qui a fui vers l’Inde en 1959 après l’échec du soulèvement tibétain contre la Chine, et ses représentants sont dans l’impasse depuis 2010.

Le porte-parole de la diplomatie chinoise, Lin Jian, a indiqué que « le soi-disant ‘gouvernement tibétain en exil’ est entièrement un groupe politique séparatiste. Il s’agit d’une organisation illégale qui viole la Constitution et les lois chinoises. Aucun pays au monde ne le reconnaît ».

« En ce qui concerne les contacts et les pourparlers entre le gouvernement central chinois et le 14ème Dalaï Lama, notre politique est cohérente et claire. La clé est que le 14ème Dalaï Lama doit réfléchir complètement et corriger minutieusement ses propositions politiques« , a assuré ce dernier.

Le Dalaï Lama a démissionné en 2011 de son poste de chef politique du gouvernement tibétain en exil, ce que Pékin ne reconnaît pas et considère comme une violation de la constitution chinoise.

Pourtant, la Chine fustige toute les interactions qu’il a avec des responsables d’autres pays, y compris d’anciens présidents américains, même si le Dalaï Lama affirme qu’il ne cherche pas l’indépendance du Tibet.

Pour Lin Jian, « la position du gouvernement chinois sur les questions liées au Xizang est cohérente et claire. Les affaires de Xizang relèvent des affaires intérieures de la Chine, qui ne tolèrent aucune ingérence extérieure ».

« Resolve Tibet » voté aux Etats-Unis

Or une délégation du Congrès américain était en visite à Dharamshala où elle a eu des entretiens avec le Dalaï Lama et a également remis en question les revendications de la Chine sur le Tibet et appelé la Chine à tenir des pourparlers avec le Dalaï Lama.

Les législateurs américains demandent actuellement au président Joe Biden de signer un projet de loi visant à faire pression sur la Chine pour qu’elle conclue un accord négocié et pacifique sur le Tibet.

Ces législateurs américains ont rencontré le 19 juin le Dalaï Lama en Inde. Ils ont déclaré qu’ils ne permettraient pas à la Chine d’influencer le choix de son successeur. Même si Washington reconnaît le Tibet comme faisant partie de la Chine, le projet de loi semble remettre en question cette position, assurent les analystes.

La Chine a rejeté la loi « Resolve Tibet », affirmant que le Tibet fait partie de la Chine et ne tolère aucune ingérence de forces extérieures. « Nous exhortons les États-Unis à reconnaître pleinement l’importance et la grande sensibilité des questions liées à Xizang, à respecter sincèrement les intérêts fondamentaux de la Chine, à respecter les engagements qu’ils ont pris envers la Chine sur les questions liées à Xizang, à n’avoir aucun contact avec le groupe du Dalaï Lama. forme et arrêtons d’envoyer un mauvais signal au monde », a réagit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *