La BBC est sous le feu des critiques des autorités chinoises et des réseaux sociaux en Chine après la révocation de la licence de la chaîne de télévision CGTN par l’autorité britannique de régulation des médias (Ofcom).

Lire aussi : La chaîne CGTN privée d’antenne au Royaume-Uni

Les relations entre la Grande-Bretagne et la Chine sont tendues depuis des mois sur les dossiers de Hong Kong, de Huawei ou du traitement des musulmans ouïgours dans la région chinoise du Xinjiang.

L’Ofcom a révoqué la licence de la chaîne de télévision China Global Television Network, après avoir conclu que le Parti communiste au pouvoir était le vrai responsable de la ligne éditoriale.

Par la suite, le ministère chinois des Affaires étrangères a publié une déclaration accusant la BBC d’avoir diffusé des « fake news » dans son reportage sur le Covid-19 et demandant des excuses pour la politisation de la pandémie.

« Je soupçonne fortement que la BBC a été étroitement incitée par les agences de renseignement des États-Unis et du Royaume-Uni. Elle est devenue un bastion de la guerre de l’opinion publique occidentale contre la Chine », a déclaré sur Twitter Hu Xijin, rédacteur en chef du quotidien Global Times soutenu par le Parti communiste.

De son côté, la BBC a déclaré que ses reportages étaient « justes et impartiaux ». Pour le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, la Chine se réserve le droit d’apporter une « réponse nécessaire » quant à la décision de l’Ofcom.

Le 5 février, le Département de l’information du ministère chinois des Affaires étrangères a fait des « représentations graves » auprès du bureau de Beijing de la British Broadcasting Corporation (BBC) sur ses fausses nouvelles liées au COVID-19.

La déclaration a indiqué que la BBC avait diffusé ces fausses informations le 29 janvier, en associant « le Covid-19 à la politique et a une fois de plus mis en avant les sujets de dissimulation de l’épidémie et de l’origine du virus ».

La BBC a également diffusé une vidéo d’exercices anti-terroristes dans le cadre de la couverture médiatique de « l’application violente de la loi et les violations des droits de l’homme » par les autorités chinoises de prévention des épidémies.

« Ce sont de fausses nouvelles avec un parti pris idéologique typique, qui a eu un impact ignoble », a indiqué la déclaration. La Chine a exhorté la BBC et son bureau de Beijing à « prendre au sérieux la position de la Chine et à prendre des mesures pour défaire le mauvais impact des reportages », a indiqué la déclaration.

La BBC et son bureau de Beijing « doivent également présenter des excuses publiques à la Chine au sujet de ces fausses nouvelles, abandonner ses préjugés idéologiques et cesser de diffamer et d’attaquer la Chine délibérément. La BBC doit suivre une éthique de travail, et faire des reportages sur la Chine de manière objective, équilibrée et juste », d’après la déclaration.

« La Chine se réserve le droit de prendre d’autres mesures », a ajouté le document.