La Chine émet de «vive protestation» contre le vote du Sénat français sur Taïwan

par | Mai 8, 2021 | Europe, TAIWAN

L’ambassade de Chine en France a émit une «vive protestation» et exprimé sa «ferme opposition» le 7 mai, après l’adoption la veille par le Sénat français d’une résolution favorable à la participation de Taïwan à certaines organisations internationales.

La résolution a été très largement adoptée le 6 mai par les sénateurs, qui se sont dits favorables à la participation de Taïwan aux travaux de l’Assemblée mondiale de la santé de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ainsi qu’Interpol.

La résolution est «manifestement en violation du principe d’une seule Chine et constitue une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine», selon une déclaration publiée le 7 mai sur le site de l’ambassade de Chine, basée à Paris

Cette dernière a invoqué le respect de «la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale de la Chine». Raison pour laquelle la Chine exhorte la France «à traiter prudemment et judicieusement les questions liées à Taïwan».

«L’unicité de la Chine ne peut être défiée ni bafouée», a indiqué le porte-parole de l’ambassade, rappelant que seuls des États souverains pouvaient devenir membres de ces organisations.

«Taïwan, en tant que province de la Chine, n’a pas le droit d’y adhérer. Le respect du principe d’une seule Chine constitue la base politique des relations sino-françaises et aussi un engagement solennel pris par tous les gouvernements français successifs à la Chine depuis l’établissement des relations diplomatiques sino-françaises en 1964», a rappelé ce dernier.

Pour la plupart des sénateurs, il est important que Taïwan participe aux travaux de l’OMS dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Mais l’ambassade de Chine atteste que des canaux de communication existent entre «le gouvernement central chinois» et «la région de Taïwan», ainsi qu’entre Taïwan et l’OMS.

«L’allégation selon laquelle l’absence de Taïwan à l’OMS créera une « faille » dans le système de santé publique mondiale ne tient pas la route. Il s’agit d’un tour de passe-passe politique des autorités taïwanaises visant à se servir de l’épidémie pour prôner l' »indépendance de Taïwan »», affirme-t-elle.

A Taïwan le 7 mai, la dirigeante Tsai Ing-wen et le ministère des Affaires étrangères ont exprimé leur gratitude envers les sénateurs français pour l’adoption de cette résolution.

«Je suis reconnaissante envers les membres du Sénat français pour leur soutien unanime à la participation de Taiwan aux organisations internationales. Nous avons hâte de travailler avec la France et nos autres partenaires pour contribuer au bien-être des peuples du monde entier», a déclaré Tsai Ing-wen.

«Pour la première fois, le Sénat français a adopté une résolution exprimant son ferme soutien à la participation de Taiwan aux affaires internationales, et le gouvernement français a réaffirmé à cette occasion son soutien à la participation de Taiwan à la communauté internationale», a indiqué, de son côté le ministère, des Affaires étrangères.

Signée par des sénateurs de plusieurs tendances menés par Alain Richard, président du groupe d’information et d’échanges Sénat – République de Chine-Taiwan, et par le sénateur Joël Guerriau, la proposition de résolution a été adoptée par 304 voix pour et zéro contre. 25 sénateurs n’ont pas pris part au vote et 19 se sont abstenus. François Wu, représentant de Taiwan en France, a assisté aux débats et au vote de cette résolution depuis la tribune du Sénat.

La résolution rappelle que «la France place le multilatéralisme au centre de sa politique étrangère et de la défense de ses intérêts, et que la contribution de Taiwan à l’économie et aux échanges mondiaux de toute nature s’est amplement développée au cours des dernières décennies».

Le texte note aussi que «Taiwan observe de manière constante une attitude pacifique et coopérative à l’échelle mondiale et que ce territoire a développé une vie démocratique pluraliste reconnue».

Le Sénat considère donc que «la participation de Taiwan à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), à Interpol et à l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) présente une utilité majeure au bénéfice de la coopération d’intérêt mondial que ces organisations soutiennent et que cette utilité est particulièrement confirmée à l’Assemblée mondiale de la santé de l’OMS».

Il souhaite ainsi «la poursuite des démarches diplomatiques engagées par la France depuis plusieurs années en faveur de la participation de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la santé de l’OMS et à l’OACI, ainsi que leur élargissement à la CCNUCC et à Interpol, selon les modalités que prévoient leurs règles respectives».

Lors des débats, Alain Richard a souligné l’importance d’une participation à titre d’observateur de Taiwan à l’OMS, «compte-tenu de l’expérience éclatante de l’île dans le traitement sur son sol de la pandémie».

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :