lundi, juin 24

« Les routes vertes de la Chine vers un avenir à faible émission de carbone »

Communiqué de CGTN –  Depuis l’aube de l’industrialisation, l’humanité a créé une richesse matérielle sans précédent. Toutefois, cette prospérité a coûté cher à la nature.

Les humains utilisent aujourd’hui autant de ressources écologiques que s’ils vivaient sur 1,6 Terre, selon le Global Footprint Network. Cela signifie qu’il faut désormais à la Terre un an et huit mois pour régénérer ce que les humains utilisent en un an.

Mettant en avant l’idée que «les eaux lucides et les montagnes luxuriantes sont des atouts inestimables», le président chinois Xi Jinping a souvent répété que « la protection de l’environnement écologique et la promotion du développement durable sont nos obligations communes.» Après tout, comme il le dit, «Nous n’avons qu’une seule Terre.»

«Utilisation mesurée des ressources naturelles»

L’utilisation mesurée des ressources naturelles est la clé de la conservation écologique. La Chine doit promouvoir un mode de vie plus simple, plus écologique et à faible émission de carbone, nous opposer à l’excès et au gaspillage et encourager une culture de vie verte et saine.

Le 28 avril 2019, lors de la cérémonie d’ouverture de l’Exposition horticole internationale de 2019, le président Xi Jinping a clarifié la voie de la conservation écologique en citant l’extrait susmentionné de «Zizhi Tongjian», ou «Miroir global d’aide à la gouvernance», un ouvrage de référence pionnier de l’historiographie chinoise rédigé par Sima Guang (1019-1086) de la dynastie des Song du Nord (960-1127).

L’idée de limiter l’utilisation des ressources a pris une nouvelle signification dans la Chine d’aujourd’hui. Comme l’a noté Xi Jinping dans son discours, «le modèle de développement consistant à ‘tuer les poules pour les œufs’ et à ‘assécher le lac pour les poissons’ est dans une impasse. L’avenir sera illuminé par un développement écologique conforme aux règles de la nature».

La poursuite d’un développement écologique, à faible émission de carbone et axé sur l’innovation constitue l’épine dorsale des efforts déployés par la Chine pour atteindre son objectif de devenir un pays socialiste moderne.

En 2018, la Chine a intégré pour la première fois l’idée de civilisation écologique dans sa Constitution. Le dernier plan quinquennal du pays ouvre également la voie à sa promesse de plafonner les émissions de dioxyde de carbone d’ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

Le 14e plan quinquennal (2021-2025) de Chine prévoit de réduire la consommation d’énergie par unité de produit intérieur brut (PIB) et les émissions de dioxyde de carbone par unité de PIB de 13,5% et 18%, respectivement, au cours de la période 2021-2025.

La Chine s’est également engagée à augmenter le volume du stock forestier de six milliards de mètres cubes d’ici 2030 par rapport au niveau de 2005 et à porter sa capacité totale installée d’énergie éolienne et solaire à plus de 1,2 milliard de kilowatts.

Tenir ses promesses

Le président Xi Jinping

Le président Xi Jinping a déclaré à de nombreuses reprises que la Chine s’engageait à assurer une coexistence harmonieuse entre l’homme et la nature, un objectif qu’elle poursuit par des actes.

Au cours des dix dernières années, la Chine s’est classée au premier rang mondial en termes d’augmentation des ressources forestières, sa superficie de boisement dépassant 70 millions d’hectares. Parallèlement, 90% des types d’écosystèmes terrestres et 85% des principales populations d’animaux sauvages bénéficient d’une protection efficace de l’État.

La Chine, dont le progrès économique au cours des dernières décennies était largement alimenté par le charbon figure désormais parmi les plus gros investisseurs dans les énergies renouvelables, puisqu’il possède 30% de la capacité mondiale installée dans ce domaine.

En outre, la part de la consommation d’énergie du charbon dans toute la Chine a diminué de 60,4% en 2017 à 56,8% en 2020, et la consommation d’énergie propre a augmenté de 19,1% en 2016 à 24,3% en 2020, selon les données du Bureau national des statistiques.

En 2019, les émissions de carbone du pays avaient diminué de 48,1% par rapport au chiffre de 2005, inversant la tendance à la hausse rapide des émissions de dioxyde de carbone, selon un livre blanc sur le développement énergétique de la Chine publié le 21 décembre 2020 par le Bureau d’information du Conseil d’État.

«La tâche est extrêmement difficile», a déclaré le président Xi Jinping, faisant référence aux promesses de la Chine en matière de lutte contre le changement climatique, lors du récent sommet vidéo Chine-France-Allemagne. «Mais la Chine tiendra ses promesses.»

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *