mercredi, mai 22

La Chine lance le premier mini-réacteur nucléaire à haute température

Les deux géants chinois, China Huaneng Group et China National Nuclear Corp, ont annoncé la connexion au réseau du premier mini-réacteur nucléaire de quatrième génération de Shidaowan.

Ce mini-réacteur a la particularité de fonctionner à très haute température. A terme, la centrale de démonstration, composée de deux réacteurs, produira 1,4 térawattheure d’électricité par an.

La Chine rattrape son retard dans la course aux nouveaux réacteurs nucléaires. Le 20 décembre 2021, la centrale nucléaire de Shidaowan a produit ses premiers watts issus d’un réacteur de quatrième génération, dit à lit de boulets à très haute-température. Il s’agit du premier réacteur de cette catégorie à entrer en service dans le monde.

Ce réacteur de quatrième génération fait partie de la catégorie des petits réacteurs modulaires, ou SMR. La taille est réduite, mais l’installation apporte plus de sécurité et permet de réaliser des économies sur les coûts d’exploitation.

Le réacteur de Shidaowan représente à peu près un cinquième de la taille de Hualong One, un réacteur chinois de troisième génération (du même type que le réacteur européen EPR), démarré quant à lui en janvier 2021.

La centrale de démonstration à échelle industrielle de Shidaowan, composée de deux réacteurs de 250 mégawatts thermiques chacun, permettra de générer une puissance de 210 mégawatts électriques via une unique turbine.

Cette centrale a été construite conjointement par les deux géants de l’électricité détenus par l’Etat, la China Huaneng Group et la China National Nuclear Corp, ainsi que l’Institut du nucléaire et des technologies des énergies nouvelles (INET) de l’université de Tsinghua.

Le second réacteur, encore en phase de tests, devrait entrer en service au cours de l’année 2022. «Lorsqu’elle fonctionnera à la puissance nominale, la centrale nucléaire de Shidaowan générera environ 1,4 milliard de kilowattheures d’électricité par an, fournissant de l’électricité domestique à 2 millions d’habitants et réduisant les émissions de dioxyde de carbone de 900 000 tonnes», a indiqué l’université de Tsinghua dans un communiqué.

Ce réacteur de quatrième génération fait partie de la catégorie des réacteurs à haute température (HTRC). Cela lui permet d’utiliser la chaleur produite non seulement pour générer de l’électricité, mais pour utilisé par d’autres industries ayant besoin de très hautes températures.

Pour supporter la haute température de 750°C, le réacteur utilise la technologie de «lits de boulets», des centaines de milliers de billes composées d’uranium et de graphite, afin de modérer la réaction en chaîne. Le réacteur compte sur de l’hélium et non de l’eau sous forme pressurisée pour transporter la chaleur produite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *