« La Chine peut affronter la pression maximale exercée par les Etats-Unis avec une croissance économique stable », ont assuré certains experts chinois, interrogés par l’agence de presse Xinhua.

« La menace des Etats-Unis d’imposer de nouveaux droits de douane supplémentaires affectera les intérêts des consommateurs américains et tirera vers le bas l’économie américaine, tout en créant de nouvelles instabilités dans le contexte économique mondial », a déclaré Wang Yiming, chef adjoint du Centre de recherche sur le développement du Conseil des affaires d’Etat.

Ce dernier a expliqué lors d’un symposium organisé par l’Académie chinoise de la recherche macroéconomique que « ce seront finalement les consommateurs américains qui en paieront le prix ».

Il a ajouté que les hausses des droits de douane proposées récemment étoufferont la consommation américaine, porteront atteinte à l’emploi dans le secteur des ventes au détail et augmenteront la pression à la baisse sur l’économie américaine.

De son côté, Zhao Jinping, chercheur au Centre de recherche sur le développement du Conseil des affaires d’Etat, a affirmé que « la pression maximale des Etats-Unis entraverait la croissance de l’économie mondiale et irait à l’encontre de la tendance de l’époque ».

Lors du symposium, les experts chinois ont estimé que l’escalade des frictions commerciales suscitées par les Etats-Unis n’empêcherait pas le développement stable de la macroéconomie chinoise.

Ainsi Guo Chunli, chef adjointe de l’Institut de recherche économique affilié à l’Académie chinoise de la recherche macroéconomique, a assuré que « la Chine affichait un élan solide de croissance avec une amélioration de sa structure économique, ce qui compenserait les effets des frictions commerciales ».

« Divers nouveaux moteurs de croissance apportent un puissant dynamisme au développement de haute qualité du pays, tandis que les ajustements anticycliques créent des conditions favorables pour résister aux chocs externes et renforcer la confiance du marché », a assuré cette dernière.