La Chine « rejette toute tentative de créer une soi-disant nouvelle guerre froide », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

« Certains politiciens américains qui ont des préjugés et sont hostiles à la Chine utilisent leur pouvoir pour salir la Chine avec des artifices et entraver les liens normaux avec la Chine sous divers prétextes », a indiqué Wang Yi.

Ce dernier a expliqué lors d’une interview accordée à l’Agence de presse, Xinhua, que « ce qu’ils veulent, c’est relancer le maccarthysme dans une tentative de saper les relations des Etats-Unis avec la Chine, attiser l’hostilité entre les deux peuples, et éroder la confiance entre les deux pays ».

« En fin de compte, ils veulent entraîner la Chine et les Etats-Unis dans un nouveau conflit et une nouvelle confrontation et plonger à nouveau le monde dans le chaos et la division », a-t-il ajouté.

Pour ce dernier, le G2 souhaité par certains ne peut avoir lieu. En effet, le concept de G2, soutenu « par ceux qui, aux Etats-Unis, essentiellement en opposition aux tenants néo-conservateurs de la ‘menace chinoise’ sont favorables à une stratégie de coopération avec Pékin » selon les propos de Valérie Niquet du centre Asie de l’Ifri, n’implique en aucune manière l’idée d’une cogestion du monde par les deux grandes puissances ( Géoconfluences, 2010).

La Chine a refusé ce concept de G2, privilégiant le multi-libéralisme, et arguant de ne pas être une super-puissance, même si elle l’ambitionne. Wang Yi a souligné que « la Chine rejette toute tentative de créer une soi-disant ‘nouvelle guerre froide’, parce qu’elle va à l’encontre des intérêts fondamentaux des peuples chinois et américain et de la tendance mondiale au développement et au progrès ».

« Quiconque tente de déclencher cette nouvelle guerre froide au XXIe siècle sera du mauvais côté de l’histoire et ne restera dans les mémoires que comme celui qui a bouleversé la coopération internationale », a assuré ce dernier, qui a assuré que « la Chine d’aujourd’hui n’est pas l’ex-Union soviétique et la Chine n’a pas l’intention de devenir d’autres Etats-Unis ».

En tant que plus grand pays en développement du monde et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, « la Chine restera engagée en faveur d’un développement pacifique et de la poursuite d’une stratégie d’ouverture d’intérêt mutuel », a souligné Wang Yi.