Le gouvernement chinois pourrait définir un objectif de croissance de 6% à 6,5% pour cette année, alors que celui de 2018 était « de l’ordre de » 6,5%, d’après des sources citées par l’agence de presse britannique Reuters.

Cette annoonce dans un contexte de tensions commerciales avec les Etats-Unis et de tassement de la demande intérieure pourrait peser dans les négociations entre chinois et américains.

Ce nouvel objectif de croissance devrait être dévoilé en mars à l’occasion de la annuelle de l’Assemblée nationale populaire. Il aurait été assumé dès la mi-décembre par les plus hautes instances dirigeantes lors de la Conférence centrale sur le travail économique, selon ces quatre sources proches des instances.

Les prochaines données devraient montrer que la Chine a eu une croissance tournant autour de 6,6% en 2018, soir la plus faible depuis 1990. Plusieurs analystes estiment que le ralentissement de l’économie se fera à nouveau sentir cette année, avant que les mesures de soutien du gouvernement ne produisent leurs effets.

« Ce sera très difficile pour la croissance de dépasser 6,5% (cette année) et il risque d’y avoir des problèmes si elle tombe sous les 6% », a expliqué l’une des sources.D’autant plus que la Banque mondiale vient de publier ses prévisions dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales. Selon elle, l’économie chinoise ralentit, sa croissance devrait tomber à 6,2 % cette année et l’année prochaine, après 6,5 % en 2018.

Le gouvernement surveille de près la situation de l’emploi dans l’industrie, un secteur à risque, car il pourrait y avoir de nombreuses suppression de poste, en raison de la bataille commerciale engagée avec les Etats-Unis.

Le vice-Premier ministre chinois, Liu He, devrait se rendre à Washington d’ici à la fin du mois dans le cadre des négociations commerciales entamées entre les Etats-Unis et la Chine, a déclaré le 10 janvier le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin.

Cette annonce est intervenue au lendemain de la conclusion de trois jours de négociations entre délégués américains et chinois à Beijing, dont la teneur a été saluée par les deux parties.

Une croissance de quelque 6,2% s’impose lors des deux prochaines années si le gouvernement veut réaliser son objectif d’un doublement du Produit intérieur brut (PIB) et d’une hausse des revenus dans la décennie s’achevant en 2020 et de transformer la Chine en un pays « modestement prospère ».