mardi, juillet 16

La Chine prône le multilatéralisme pour la paix mondiale et le développement partage

Par Yoro Diallo – La République Populaire de Chine est un grand pays non pas seulement par sa géographie (plus de 9 millions km2), sa population (1.4 milliards), sa riche culture et sa civilisation multimillénaire. Ce pays est aussi et surtout grand par ses inestimables contributions au progrès de l’humanité, ses initiatives pour la paix mondiale, le développement partagé et son attachement indéfectible à la cause du multilatéralisme.

Depuis qu’elle a retrouvé son siège légitime à l’ONU en 1971, la Chine joue un rôle majeur dans les affaires internationales. En 1980, elle a occupé ses places au Fonds Monétaire International (FMI) et à la Banque Mondiale.

En 2001, la Chine a adhéré à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), commencé à participer activement à la coopération économique et commerciale internationale et cultiver l’amitié au sein de la communauté internationale.

En 2019, elle avait établi des relations diplomatiques avec plus 180 pays à travers le monde. Suite au 18ème Congrès National du Parti Communiste Chinois en 2012, la Chine a proposé « une Communauté mondiale d’avenir partagé ».

En 2013, le Président Chinois Xi Jinping a lancé « l’Initiative la Ceinture et la Route », une plateforme pour la construction d’une Communauté mondiale d’avenir partagé pour promouvoir la paix et le développement dans le monde.

A ce jour cette initiative a enregistré l’adhésion de plus de 180 pays, régions et organisations internationales, affichant des résultats tangibles. Ces initiatives de la Chine qui ont obtenu la reconnaissance de la Communauté Internationale et inscrites dans de nombreuses résolutions de l’ONU sont de pures produits de la sagesse chinoise selon laquelle « la Chine ne peut pas se développer isolément du reste du monde, pas plus que le monde dans son ensemble ne peut maintenir la paix, le développement, la prospérité et la stabilité sans la Chine ». Dès lors, elle place son propre développement dans le développement de l’humanité toute entière et lie son avenir et ses intérêts à ceux des peuples du monde.

L’extraordinaire progrès que la Chine a accompli en seulement quelques décennies a changé le monde et la donne dans les relations internationales. Ce progrès, véritable miracle humain, a suscité chez les occidentaux, notamment les USA plus d’adversité que d’admiration, plus d’hostilité que de compréhension.

La propension des USA à utiliser la force, à semer la mort et la désolation sans amertume édifie sur la menace que ce pays porte sur la paix dans le monde. Depuis 1950, les USA ont mené une trentaine de guerres, d’interventions militaires et de bombardements à travers le monde : guerre de Corée et Chine en 1950 et 1953 ; Guatemala en 1954, 1960  et  en 1967 et 1969 ;  Indonésie en 1958 ; Cuba en 1959-1961 ; Congo en 1964 ; Laos en 1964 et 1973 ; Vietnam en 1961-1973 ; Cambodge en 1969-1970 ; Salvador en 1980 ; Nicaragua en 1980 ; Grenade en 1983 ; Liban et Syrie en 1983-1984 ; Libye en 1986 ; Iran en 1987 ; Panama en 1989 ; Irak (guerre du Golf ) en 1991 ; Irak (conjointement avec les forces Britanniques en 1991 et 2003 ; Koweït en 1991 ; Somalie en 1993 ; Bosnie en 1994-1995 ; Soudan en 1998 ; Yougoslavie en 1999 ; Liban et Yémen en 2002 ; Irak en 2001 et 2015 ; Afghanistan en 2001 et 2015 ; Somalie en 2007, 2008 et 2011 ; Yémen en 2009 et 2011 ; Libye en 2011 et  2015 ; Syrie en 2014 et 2015.

Dans sa vision paranoïaque, les USA désignent la Chine comme un dangereux concurrent allant jusqu’à détruire un ballon de recherche météorologique avec un avion de guerre. En fait que connaissent les Occidentaux de la Chine, de la civilisation chinoise si ancienne et déjà si avancée alors que l’Europe n’était qu’à ses balbutiements, que les USA n’existaient pas sur la carte du monde?

Par sa science et sa sagesse, la civilisation chinoise a marqué le progrès de l’humanité. Pendant des siècles, les civilisations Chinoise et Européenne ont évoluées chacune de son côté sans avoir de véritables contacts étroits. Au 16ème siècle, des échanges diplomatiques ont concernées une élite très restreinte des deux cotés.

Deux modes de pensée, deux philosophies du monde ont co-existées avant de s’entrechoquer par le biais de la colonisation et de la guerre de l’opium. Depuis sa fondation en 1949, la Chine nouvelle n’a jamais provoqué de guerre ni de conflit, ni engagé de forces sur une terre étrangère.

En ce 21ème siècle, l’essor de la Chine a provoqué un changement de paradigme qui devrait enseigner aux occidentaux de dépasser les clichés à l’égard de ce pays, de se départir de l’esprit guerre froide et de concurrence malsaine pour être en phase avec la marche de l’histoire. Les occidentaux notamment les USA, doivent abandonner leur indigente pensée binaire « amis/ennemis », pour s’ouvrir aux autres modes de pensée bien différentes mais pas opposées à la leur.

Dans ce monde en crise, alors que les agissements de Dirigeants Occidentaux mettent en cause le  multilatéralisme, la Chine tient haut la bannière de cet instrument de paix et de développement pour la construction d’une communauté de destin pour l’humanité.

L’unilatéralisme, l’hégémonisme, le protectionnisme et la politique de la confrontation constituent des facteurs qui affectent la paix mondiale, le développement et la stabilité tant désirés par les peuples qui aspirent à vivre une vie meilleure dans un monde de paix durable, de sécurité et de développement partagé. La menace qui pèse sur cette aspiration est source d’instabilité et d’incertitude.

Dans ce contexte, en 2012, la Chine a proposé « une Communauté mondiale d’avenir partagé ». En 2013, le Président Chinois Xi Jinping a lancé « l’Initiative la Ceinture et la Route », exprimant si besoin était le profond attachement de la Chine au multilatéralisme, à l’harmonie au sein de la communauté internationale et au développement pour tous.

Les initiatives de la Chine appellent des mesures de coopération contribuant au développement mondial, à la paix et au bien-être des peuples. Depuis, la Chine œuvre au sein  de toutes les grandes organisations économiques, financières internationales et aux mécanismes économiques multilatéraux contribuant énormément au développement du commerce des infrastructures, de la connectivité entre les pays.

Le profond attachement de la Chine au multilatéralisme a été marqué dans les années 1950 par la proposition faite conjointement par la Chine, l’Inde et le Myanmar relative aux cinq principes de coexistence pacifique : respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ; non-agression mutuelle ; non-ingérence dans les affaires intérieures ; égalité et bénéfice mutuel ; coexistence pacifique. Depuis, ces principes sont devenus les normes qui régissent les relations internationales et les principes fondamentaux du droit international.

Ces dix dernières années, la Chine a proposé plusieurs initiatives importantes portant entre autres sur: « l’Initiative la Ceinture et la Route ; une Communauté mondiale d’avenir commun ; un Nouveau modèle de relations internationales ; le Principe de la défense du bien commun et de la poursuite des intérêts communs ; une Vision de sécurité commune, globale, coopérative et durable ; les Principes de consultation approfondie, de contribution conjointe et de bénéfices partagés dans la gouvernance mondiale et les principes d’égalité, de dialogue, etc.… ».

Ces initiatives ont apporté la science et la sagesse chinoises à la promotion de la paix mondiale et de la prospérité commune. La Chine a signé plus de 20 traités multilatéraux dont ceux portant sur le désarmement et la non-prolifération des armes nucléaires. Elle est le deuxième pays contributeur au budget des opérations de maintien de la paix de l’ONU et le plus gros fournisseur de contingents parmi les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.

Dans le cadre de la promotion de la coopération multilatérale, la Chine a mis en place un certain nombre de plateformes multilatérales, notamment: le Forum la Ceinture et la Route pour la Coopération internationale; China International Import Expo ; Forum économique international de Hongqiao; Forum sur la coopération Sino-africaine; Forum de coopération Sino-arabe ; Forum Chine-CELAC ; Forum de Boao pour l’Asie ; Expo Chine-ASEAN ; Exposition des États arabes en Chine ; Exposition économique et commerciale Chine-Afrique ; Conférence sur le dialogue des civilisations asiatiques, et la Conférence mondiale sur l’Internet.

Le passé et la culture de la Chine enseignent que ce pays n’a jamais cherché l’hégémonie et ne cherchera jamais l’hégémonie ou toutes autres formes de domination sur les autres. De ce passé et de cette culture de lumière et de sagesse nous apprenons aussi que « les forts ne doivent pas opprimer les faibles, et les riches ne doivent pas abuser des pauvres ». Aussi « ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas que les autres vous fassent ».

Construire une Communauté mondiale d’avenir partagé est une proposition qui promeut le respect mutuel et la consultation sur un pied d’égalité. Son objectif ultime demeure l’équité et la justice, le respect mutuel et la coopération mutuellement bénéfique. Un pays qui se retire des organisations internationales, dénonce des traités internationaux au gré de ses intérêts et construit des murs frontaliers sape la paix et le développement mondial.

Dès lors, la Chine défend le système international fondé sur les buts et les principes de la Charte des Nations Unies, tenant compte de l’intérêt général. C’est pourquoi, elle entend rester attachée au multilatéralisme, défendre l’équité et la justice internationales. Elle respecte le droit des peuples de choisir leur propre voie de développement et leur propre système social, la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays et s’oppose aux ingérences dans les affaires intérieures des autres. Le 21 septembre 2021, dans son intervention à l’Assemblée Générale des Nations unies, le Président  Chinois Xi Jinping a assuré le monde sur les intentions pacifiques de son pays :

« La Chine est et restera un artisan de la paix mondiale… La réussite d’un pays ne signifie pas forcément qu’un autre pays doit échouer. Le monde peut parfaitement admettre la réussite et la croissance simultanées de chaque pays. Il nous faut persévérer dans le dialogue et non dans la confrontation, embrasser et non exclure, construire et se respecter les uns les autres, dans l’équité et la justice, nourrir des relations internationales fondées sur la coopération pour le bénéfice commun, élargir nos points de convergence, pour dessiner le cercle le plus grand possible ».

L’Afrique demeure au cœur de toutes les initiatives de la Chine. Les deux parties sont favorables à une économie mondiale et un système commercial multilatéral équitables, ouverts et inclusifs. La Coopération Sino-africaine est devenue un modèle de coopération Sud-Sud qui apporte une contribution remarquable à la construction de la communauté de destin pour l’humanité.

A la cérémonie d’ouverture de la 8ème Conférence ministérielle du Forum sur la Coopération Sino-africaine à Dakar le 29 novembre 2021, le Président Xi Jinping a relevé : « au cours des 65 ans écoulés, la Chine et l’Afrique ont noué une fraternité indéfectible dans la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme, frayé une voie de coopération exceptionnelle dans la recherche du développement et du redressement et écrit un chapitre splendide de solidarité face aux changements complexes ».

La paix, le développement, l’équité, la justice, la démocratie et la liberté sont des valeurs communes de l’humanité et des aspirations que poursuivent inlassablement ensemble la Chine et l’Afrique. L’Initiative pour le Développement mondial proposée lors de la 76ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies converge avec l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies. En 2013, il y a donc 10 ans, le Président Xi Jinping a lancé les principes de « sincérité, résultats effectifs, amitié et bonne foi et de recherche du plus grand bien et des intérêts partagés dans les relations Sino-africaines ».

La Coopération Sino-africaine entamait ainsi « la nouvelle ère de la construction d’une communauté d’avenir partagé Chine-Afrique de haut niveau ». La Chine et l’Afrique travaillent conjointement pour mettre en œuvre plusieurs « programmes de coopération » adoptés par les deux parties. La Chine est le premier pays à soutenir l’adhésion de l’UA au G20 et entend encourager le G20 à prendre des actions énergiques pour soutenir un rôle accru de l’UA et des pays africains dans le système de gouvernance mondiale.

Elle est aussi le premier pays à soutenir l’Afrique pour un siège au Conseil de Sécurité des Nations Unies. La fidélité a ses engagements sur la scène international fait de la Chine un promoteur de premier plan du multilatéralisme pour la paix mondiale et le développement partagé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *