Le concept de « civilisation écologique » a été développé par des intellectuels chinois, à la fin des années 1980, selon Élodie René, doctorante à l’Université de Northampton.

Au milieu des années 2000, le gouvernement décide d’en faire un slogan politique dans sa stratégie environnementale. Par la suite, le président Xi Jinping a lancé ce mot d’ordre en 2019 : « créer les conditions d’une civilisation écologique ».

La Chine souhaite ainsi « promouvoir une édification cohérente sur les plans politique, économique, social, culturel et écologique, cruciale pour le bien-être de la population, l’avenir de la nation et le développement du pays », a assuré Li Meng, de La Chine au présent.

Or ce mois-ci, les ministères des Affaires étrangères et de l’Ecologie et de l’Environnement ont assuré que « la Chine continuera d’adhérer au développement vert et de faire avancer la civilisation écologique ».

Dans Document de position de la Chine pour le Sommet des Nations unies sur la biodiversité, qui se tiendra le 30 septembre, les deux ministères chinois ont précisé les axes majeurs de la Chine.

Le document expose les expériences, les réalisations et les positions de la Chine sur la préservation de la biodiversité à partir des aspects de la philosophie de la civilisation écologique, des mesures de politique intérieure, de la promotion du développement durable, de la participation de l’ensemble de la société, de la promotion de la gouvernance mondiale en matière de biodiversité et du renforcement des échanges et de la coopération internationaux.

Le document, intitulé « Construire un destin commun pour toute vie sur la Terre : la Chine en action », indique que la Chine continuera d’adhérer au développement vert, de faire avancer la civilisation écologique, de promouvoir le multilatéralisme et le concept de construction d’une communauté de destin pour l’humanité.

Les auteurs expliquent que la Chine allait « participer activement à la gouvernance mondiale de la biodiversité et contribuer la sagesse chinoise pour réaliser une civilisation écologique mondiale ».

Dans le cadre de sa présidence prochaine de la 15e Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique, la Chine compte « travailler avec d’autres nations pour parvenir à un résultat ambitieux, équilibré et pragmatique, ainsi que pour construire un monde dynamique, propre et beau ».