Le nouveau Comité permanent du Politburo de la Chine a tenu sa première réunion ce 10 novembre, appelant à un soutien indéfectible de la politique « Zéro COVID » du pays, et affirmant que les mesures de prévention des épidémies ne doivent pas être relâchées, selon un rapport des médias d’État.

La réunion a insisté sur la nécessité de minimiser l’impact du COVID sur l’économie, et sur le fait que la propagation du coronavirus doit être endiguée le plus rapidement possible afin de permettre la reprise de la production et de la vie normale.

Cette politique est décriée en Occident, car les dépistages, les quarantaines et les confinements à répétition pèse lourdement sur l’activité chinoise et sur la demande entraînant une baisse des prix des marchandises en septembre.

La politique Zéro Covid pousse les chinois à moins consommer et ralentie l’économie. Ainsi, l’indice PPI, qui mesure le coût des marchandises sorties d’usine, était, en octobre, en baisse de 1,3% sur un an.

Si cet indice est dans le rouge, cela traduit généralement une faible demande et un ralentissement des bénéfices des entreprises. Déjà en septembre, les prix à la production, s’ils avaient gagné 0,9% connaissaient un rythme de progression le plus faible en un an.

De plus, les exportations du pays ont connu en octobre leur premier repli depuis 2020, en raison des restrictions sanitaires et d’une menace de récession économique mondiale.

Lire aussi : Les exportations de l’économie chinoise peinent

«Les paris sur la réouverture prochaine de la Chine ont pris du plomb dans l’aile alors que les cas de Covid ont bondi dans la province du Guangdong», a indiqué au journal français, La Tribune, Edward Moya d’Oanda.

De son côté, Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, a indiqué que «l’optimisme concernant une éventuelle réouverture de la Chine a fait place à la compréhension que toute perspective de réouverture pourrait prendre des mois», ajoutant que «les dernières données commerciales de la Chine ont également souligné la faiblesse de l’économie».