La Chine reste très attractive en matière d’énergie renouvelable, d’après une étude du cabinet d’audit EY.

Le 15ème classement annuel du cabinet d’audit EY explique que la Chine est à la première place, parmi les pays les plus attractifs en matière d’énergie renouvelables. Autrement dit, les investisseurs perçoivent Chine comme des marchés porteurs dans le domaine des énergies vertes.

Mais parallèlement, selon les dernières données de l’Agence internationale de l’énergie, la Chine a émis en 2016 pas moins de 9,06 milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, restant l’un des principaux pollueurs au monde.

Depuis 2014, la Chine est identifié comme l’avenir des énergies non polluantes et confirme son rang de leaders a précisé l’étude. Depuis plusieurs années, la Chine a entrepris un virage sans précédent en matière de transition énergétique.

Le développement des énergies renouvelable répond à un enjeu de santé publique. En 2015 une étude menée par l’université californienne de Berkeley indiquait que la pollution de l’air dans l’Empire du milieu tuait 1,6 million de personnes chaque année, soit plus de 4000 personnes par jour.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement a investi massivement dans les énergies renouvelables. Ils représentaient à elles seules 17% des investissements mondiaux, soit 102,9 milliards de dollars.

En 2017, le plan quinquennal prévoit d’investir 361 milliards de dollars dans l’électricité renouvelable d’ici 2020. D’importants projets ont également vu le jour, ainqi «le développeur chinois CECEP (China Energy Conservation and Environmental Protection group) a achevé le plus grand projet solaire flottant au monde, d’une puissance de 70 mégawatts», a écrit le cabinet EY.